-- -- -- / -- -- --
Culture

De l’universalité vers le patrimoine

De l’universalité vers le patrimoine

La troisième journée de la 8e édition du Festival culturel international de musique symphonique s’est déroulée avec la participation de trois ensembles venus d’Espagne, d’Autriche et de France.

Comme à l’accoutumée depuis le début de ce festival, le nouvel opéra d’Alger, Boualem-Bessaïh, a enregistré une affluence record.
Il n’y avait plus une seule place disponible.

Les parents sont venus accompagnés de leurs enfants, souvent très jeunes mais ayant une soif de culture et appréciant les spectacles et concerts de haut niveau. Ce public a eu ce qu’il désirait grâce à la magnifique prestation de musiciens et chanteurs d’opéra invités d’Espagne, d’Autriche et de France.

L’Espagne a présenté un trio interprétant un programme musical où le traditionnel se mêlait à l’universel. C’est le groupe Ratirata qui, avec des instruments anciens, a fait revivre les époques de la musique baroque, romantique et classique.

Ce fut ensuite les musiciens autrichiens qui ont occupé la scène avec une soprano, Brigitta Wetzt. Une voix sublime. Encore une fois, le programme musical a associé l’universel au traditionnel.

L’Autriche est célèbre avec l’immense fonds musical apporté à la musique universelle. On citera les œuvres de Mozart dans les symphonies et les titres d’opéra ainsi que le compositeur Johan Strauss, qui a rendu éternels les airs de valse. Mozart et Strauss étaient évidemment au programme de cette soirée avec une partie dédiée au patrimoine illustrée par un bouquet d’opérettes du compositeur Stolz.

Pour sa part, la France a réussi à marquer ce festival avec une palette de chanteurs d’opéra, traduisant brillamment la fonction de cet opéra d’Alger, édifié pour mettre en valeur le chant lyrique. Quatre belles voix d’opéra étaient présentes à ce rendez-vous d’Alger, deux sopranos, Estelle Béréau et Helène Delalande, ainsi qu’un baryton, Marc Souchet, et un ténor, Rémy

Poulakis. Au programme figuraient bien sûr des auteurs français, dont les œuvres sont devenus des titres universels comme Ravel, Berloiz, Debussy, Poulenc, Faure, Duparc et aussi Saint Saens. Ce célèbre compositeur a vécu à Alger, dont une artère centrale de la capitale porte encore son nom.

Un hommage lui a été rendu par l’interprétation d’une œuvre de son riche répertoire. Le concert, ponctué de chants d’opéra de cet ensemble français faisant partie de l’orchestre de l’opéra de Massy, a obtenu un succès retentissant avec de chaleureux applaudissements et ovations.

Les musiciens et chanteurs ont été honorés à la fin du spectacle par le commissaire du festival, Abdelkader Bouazzara, ainsi que par l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié. C’est aujourd’hui 4 décembre que sera clôturée cette huitième édition avec la participation de la Chine, de l’Allemagne et de l’Italie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email