-- -- -- / -- -- --
Culture

De la pop avec Ayoub Medjahed

De la pop avec Ayoub Medjahed

Pour la sortie officielle de son nouvel album Sili ya mtar, l’auteur compositeur et interprète Ayoub Medjahed le dédicacera, aujourd’hui, samedi 08 avril, dès 14h, au Flawless Store
à Riadh El Feth, Alger.

Edité par Ostowana, la maison dirigée par le musicien Aminoss alias Amine Hamerouch, et enregistré au studio Tahat Art à Alger, le nouvel album Sili ya mtar est composé de onze chansons et deux titres en bonus. Cette nouvelle œuvre est signée Ayoub Medjahed : paroles et musique. Après son show-case – présentation de quelques extraits de sa création – au Centre des arts et de la culture du Palais des Raïs-Bastion 23, et sa rencontre avec la presse dans la matinée d’aujourd’hui, samedi, l’artiste ira à Riadh El Feth pour la dédicace de Sili ya mtar et partager son plaisir avec le large public. Lors de sa conférence de presse, il reviendra sur son parcours artistique, les préparatifs de ce disque et les difficultés auxquelles il s’est confronté…

Dans le communiqué transmis à notre rédaction, il confie que cet opus est « le fruit d’un travail de longue haleine. Je le dédie à mon défunt père Medjahed Mohamed dit Momo et à ma mère sans oublier tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement et à la réalisation de ce projet ». Auteur compositeur et interprète, sa première chanson El wahdani est diffusée en 2010, il jouira alors d’un large succès auprès des internautes.

Un an plus tard, il livre le titre Sili ya mtar, ce qui le propulsera au-devant de la scène avec plus de 147 720 vues sur la chaîne Youtube. Et en quelques mois, Ayoub renoue avec le succès avec son troisième titre Hkat lyem qui collecte plus de 403 765 vues. Un single dont la production musicale est de Yanis Djama.

Le natif de Médéa le 25 novembre 1988 s’inscrit dans le registre de la pop algérienne et de la world music. Il s’engage aussi dans des projets à caractère humaniste, chantant avec ses pairs : le groupe Freeklane et Sido La Doze, dans le Collectif contre le sida Saâ f’zman et Ya nesna (avec Kawthar Meziti, Hayet Zerrouk, Abdi L’Bandi, Dina Farah, Meziane Amiche, Sonia, Inel, Ines, Linda Blues…). Il offre également un hymne à la liberté : Djazairana. Cette valeur montante de la nouvelle scène musicale algérienne conjugue créativité et technicité pour pouvoir interpréter ses œuvres en dialecte algérien en abordant différentes thématiques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email