-- -- -- / -- -- --
Culture

De la condition humaine

De la condition humaine

Présentée dans la soirée de ce lundi 16 novembre, à Constantine, la pièce El khat el asfar, dernière production du Théâtre régional de Sidi Bel-Abbes, symbolise la sempiternelle attente du voyage pour un avenir meilleur.

Les neuf comédiens de la pièce El khat el asfar (La ligne jaune) de 55 minutes, mise en scène par Abdelkader Djeriou, écrite par H’mida Layachi sur une idée du metteur en scène égyptien Abdelfettah Intissar, attendent dans la salle d’embarquement d’un aéroport un avion qui n’arrive pas.

S’engage alors, entre ces personnes qui ne se sont jamais vus auparavant, une discussion autour des choses de la vie, des déboires, des espérances, des rêves, des désillusions de chacun. Le public sera tenu en haleine par les récits des personnages, des citoyens ordinaires interprétant des rôles inspirés de la vie quotidienne au sein des différentes franges de la société.

Un fou, un saxophoniste, un marionnettiste, une fileuse de laine, gardienne du terroir, une future maman, un cavalier et un passionné de jeux vidéo et d’internet, attendent sans conviction le voyage promis vers une destination inconnue, mais faussé par le retard de leur moyen de locomotion, un avion en panne, symbole d’évasion de la réalité d’un monde non défini, qui peut être partout et nulle part, un monde devenu hostile, intolérable et difficile à accepter.

Ces personnages incarnent le quotidien de l’être humain en général, une personne simple, évoluant dans un décor nu et sans relief, si ce n’est ces formes imprécises d’autres voyageurs trompant leur impatience dans l’attente du « voyage ».

« Cette rencontre fortuite entre un groupe de personnes issues de différents horizons est une occasion pour traiter de la nature et de la condition humaine dans toute sa dimension, de partager leurs émotions et d’évoquer leurs rêves, leurs craintes, leurs angoisses, leurs frustrations et leurs aspirations en un monde meilleur  », a précisé à l’APS le metteur en scène de cette pièce montée en trois mois par le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbes.

Cette nouvelle œuvre est le « résultat d’un atelier de formation » ayant regroupé les acteurs du TR Sidi Bel-Abbes avec l’Egyptien Instissar Abdelfettah, selon M. Djeriou.

Le titre La ligne jaune symbolise les délimitations peintes sur les tarmacs d’aéroports pour faciliter la circulation des aéronefs. Cette pièce, inscrite au programme Constantine capitale 2015 de la culture arabe, « traite de la nature humaine dans toute sa dimension ».

Les principaux rôles seront notamment assurés les comédiennes Nawel Benaissa et Souad Djenati. La scénographie est signée Hamza Djaballah et la musique Salah Samaï.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email