-- -- -- / -- -- --
Nationale

De la bière clandestine, de l’argent qui coule à flot

De la bière clandestine, de l’argent qui coule à flot

La crise économique ouvre la voie à de nombreux dérapages parmi les jeunes chômeurs contraints de vivre d’expédients faute d’embauche.

Souvent le gain facile et l’attrait de l’argent conduisent ces jeunes à des activités illégales telle la vente clandestine de boissons alcoolisées. Ce business florissant et incontrôlé a amené les forces de l’ordre à donner un coup de pied dans la fourmilière.

Plus de 5 000 personnes ont été arrêtées entre janvier 2016 et janvier 2017 pour des affaires de vente clandestine de boissons alcoolisées. C’est un record jamais atteint.

Ces milliers de personnes ont été interpellées suite à de nombreuses opérations menées, durant ladite période, par les brigades de la Gendarmerie nationale et les unités de la Sûreté nationale à travers les 48 wilayas. Les effets de la crise financière commencent à se faire sentir sur le plan social avec l’augmentation de la criminalité.

Dans les domiciles, dans les dépôts clandestins, dans les forêts ou dans des véhicules, hommes et femmes vendent au noir et à l’abri des services de sécurité des milliers de cartons de boissons alcoolisées, devant une demande en croissance de la clientèle.

Les activités marchent à merveille pour ces Algériens qui ont choisi cette opportunité pour faire face à la crise financière. Si certains parmi ces vendeurs sont des habitués de cette pratique, d’autres, en revanche, et ils sont très nombreux, sont des débutants dans ce domaine considéré comme un délit.

Selon eux, ils étaient forcés de vendre clandestinement de la bière, avec ses différentes marques, car l’argent est devenu très rare à gagner depuis que le pays est entré dans une crise financière.

Leurs déclarations sont faites lors des interrogatoires par les enquêteurs des services de sécurité. La plupart des personnes qui vendent de la bière au noir sont des jeunes, dont l’âge varie entre 18 et 40 ans, certains étant des pères de famille.
Les femmes sont aussi nombreuses à proposer des boissons alcoolisées au noir.

Souvent, ce sont des jeunes femmes qui s’adonnent à cette activité. Arrêtées dans des opérations, beaucoup d’entreelles « reprennent du service » à leur sortie. Dans leur grande majorité les personnes arrêtées sont des chômeurs. Mais il y a aussi des fonctionnaires, des étudiants et des femmes au foyer. Jack Label, « 33 « , Stella, « 1664 « , Tango, Heineken, Beck’s, Mascara, de nombreuses marques de bière sont vendues dans la clandestinité.

Avant-hier, dans la wilaya de M’Sila, lors d’un service de police de la route sur le CW.10 reliant Chellal à Ouled-Mahdi, les gendarmes de la brigade locale ont interpellé deux personnes âgées de 30 et 32 ans qui transportaient à bord d’un camion et d’un véhicule 4 188 bouteilles de différentes marques de boissons alcoolisées, destinées à la vente clandestine. Sans emploi, les deux personnes avaient l’intention de stocker leur marchandise dans leur dépôt secret pour la vendre.

Un délit puni par la loi. Avisé, le procureur de la République près le tribunal de M’Sila a prescrit l’ouverture d’une enquête, la présentation des mis en cause à l’issue et la remise de la marchandise aux services des domaines de M’Sila.

Dans la wilaya de Biskra, le 5 février dernier, lors d’un service de police de la route sur la RN. 46B reliant Biskra à M’Sila, les gendarmes de la brigade territoriale de Bordj-Benazzouz ont interpellé deux personnes âgées de 25 et 34 ans à bord d’une camionnette, transportant 2 809 bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques, destinées à la vente clandestine.

Le procureur de la République près le tribunal de Tolga a prescrit l’ouverture d’une enquête, la présentation des mis en cause à l’issue, la remise de la marchandise aux services des domaines et le placement du moyen de transport à la fourrière municipale.

Dans la wilaya d’El-Oued, agissant sur renseignements et en vertu de mandats de perquisition, les gendarmes de la brigade de Guemar ont récupéré, le 5 février dernier, dans les domiciles de quatre individus âgés de 45, 23, 34 et 33 ans, un véhicule ainsi que 5 699 bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques destinées à la vente clandestine. De son côté, la DGSN a enregistré une nette augmentation de la vente illicite de boissons alcoolisées par des personnes.

Les affaires traitées ont enregistré une hausse inquiétante et les arrestations se sont multipliées aussi, sans compter le nombre de boissons alcoolisées saisies en hausse vertigineuse. Il y a quatre jours, les éléments de la Sûreté de wilaya de Saïda ont saisi, dans deux opérations distinctes, une quantité de 904 unités de boissons alcoolisées de différentes marques destinées à la vente illicite.

Dans la première opération, il a été saisi une quantité de 600 unités de différentes marques à bord d’un véhicule touristique conduit par un jeune de 28 ans au niveau d’un point de contrôle routier.
L’autre quantité, de 304 unités, également destinée à la vente illicite, a été saisie suite à l’exécution d’un mondat de justice, au domicile d’un jeune âgé de 29 ans.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email