-- -- -- / -- -- --
Nationale

De la baltaga  au Parlement

De la baltaga  au Parlement

Le vote de la loi de finances 2016 s’est achevé sur des coups de poing et des coups de pied. L’hémicycle parlementaire s’est transformé en ring où les coups y compris les plus bas ont été échangés entre les députés de l’opposition et ceux de la majorité. 

Les députés de l’alliance ont donné leur quitus à une loi jugée antisociale, provoquant l’ire de l’opposition emmenée par le Parti des travailleurs.

Des députés ont décidé de faire barrage au vote à l’intérieur de la salle des plénières et dans l’enceinte de l’assemblée. Résultat : des bagarres rangées, dignes de baltaguia. 

Des députés de l’opposition très remontés contre les nouvelles dispositions de la loi de finances 2016 sont montés hier matin au créneau pour dénoncer les dérives du gouvernement.

C’est l’histoire d’une journée surréaliste qui s’est déroulée, hier matin, à l’Assemblée nationale. Où les députés de l’opposition, désireux de bloquer le vote sur la loi de finances, ont été violemment molestés par ceux de la majorité présidentielle. C’est une députée du FLN qui a ouvert les hostilités.

Elle s’est en effet jetée, comme une furie, sur la députée du PT pour lui arracher la pancarte. Une autre se glisse derrière elle et la secoue par les cheveux. Face à la résistance de Nadia Chouitem, – la représentante du PT – plusieurs députés du FLN se jettent sur elle et l’agressent, sans retenue.

Avant que certains députés ne l’extirpent des gros bras de la majorité présidentielle. Une autre parlementaire du FLN s’est tristement distinguée. N’ayant apparemment rien compris quant à la sacralité de l’hémicycle, elle monte sur une table, et se met à insulter à tout-va, selon les députés présents. Une fronde aussitôt menée par les députés du FFS, du PT et de l’Alliance verte a failli dégénérer en bagarre générale.

Des scènes d’une violence rare ont éclaté lorsqu’une vingtaine de députés de l’opposition, mécontents des dispositions introduites dans la LF, ont voulu protester à l’aide de pancartes brandies à la face du bureau de l’Assemblée. Les députés contestataires ont improvisé une marche au sein de l’APN, avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Ministres oligarques, dégagez », « Non à la spoliation de l’argent du peuple » et criant à tue-tête : « Honte à eux, ils ont vendu l’Algérie au dinar symbolique. »

Les députés de la majorité, essentiellement du FLN, ont bondi de leur siège pour aller arracher des mains les pancartes en question. Les députés du FLN ne voulant pas rester impassibles devant ce spectacle, sont rentrés dans l’arène et en sont venus aux mains avec les protestataires.

Des députés de l’opposition déclarent avoir été agressés par leurs collègues de la majorité, alors qu’ils voulaient perturber le vote final. S’ensuit alors un véritable charivari qui dure plus d’une heure sous l’œil des caméras de la télévision nationale.

Les députés de l’opposition quittent l’hémicycle, improvisent une manifestation à l’extérieur et continuent à scander des slogans critiquant le projet de Loi de finances et les privatisations. Les images font le tour des réseaux sociaux et du monde entier.

Des scènes de violence jamais vécues par cette assemblée. Tout est-il permis à l’Assemblée nationale ? Depuis l’ouverture des débats sur la loi de finances 2016, les phrases assassines, les comparaisons douteuses et autres « dérapages » fusent à l’Assemblée. Hier, certains élus ont failli en venir aux mains, et une autre se serait même pris un coup. Mais jusqu’où les députés ont-ils le droit d’aller ?

Car, agresser ou tenter d’agresser physiquement un collègue peut effectivement être sanctionné d’une exclusion temporaire. Mais ce sera au bureau de trancher pour savoir si cet incident entre dans ce cas-là. Tout député dispose d’une immunité parlementaire. Mais cela ne l’autorise pas non plus à commettre n’importe quel crime ou délit. L’immunité prévaut surtout dans « l’exercice de la fonction » de député.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email