Tebboune : Pas de démocratie avec un Etat faible – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Tebboune : Pas de démocratie avec un Etat faible

Tebboune : Pas de démocratie avec un Etat faible

C’est un discours dans lequel le président de la République Abdelmadjid Tebboune a envoyé d’importants messages politiques tant au plan interne qu’externe. En effectuant ce mardi une visite au siège du ministère de la Défense nationale (MDN), Tebboune a prononcé ce discours devant les cadres de l’ANP, et qui a été retransmis par visioconférence, à l’ensemble des commandements de Forces, des six Régions militaires, des grandes unités et des Écoles supérieures implantées en territoire national.

Le chef de l’Etat, Chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, a décidé  d’instituer le 4 août journée nationale de l’Armée nationale  populaire (ANP).

Affirmant que des parties sont dérangées par la souveraineté de l’Algérie, le chef de l’Etat a déclaré « nous continuerons, avec l’appui de notre Armée nationale populaire, sur notre voie avec une volonté inébranlable pour permettre à l’Algérie d’occuper la place qui lui sied, sur les plans régional et international ».

A cette occasion, le Président Tebboune a félicité le Général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’ANP pour les réalisations accomplies à la tête de l’Armée, saluant les efforts consentis pour préserver l’état prêt de l’ANP en toutes circonstances.

Aussi, a-t-il salué les efforts des officiers, des sous-officiers, des soldats et de l’ensemble du personnel « fières d’appartenir à notre brave armée », et auxquels il s’est adressé en déclarant: « je salue hautement l’engagement national et le professionnalisme accru dont fait preuve notre armée, notamment lors des exercices qui démontrent le niveau atteint ».

Le Président Tebboune a tenu à rappeler, à cette occasion, que l’Armée algérienne était une « armée pacifique mais défend ardemment l’Algérie. Gare à quiconque oserait l’attaquer ».

« Il y a ceux que notre souveraineté dérangent, mais nous continuerons notre chemin avec une volonté inébranlable, pour que l’Algérie soit à sa juste place au plan régional et international, avec le soutien de notre Armée nationale populaire », a lancé le président de la République, en affirmant que « beaucoup ont été bouleversés par l’achèvement de l’édification d’institutions constitutionnelles honnêtes, débarrassées de l’argent sale, dans lesquelles participent la nouvelle jeune génération ».

Sur le plan économique, le président Tebboune a affirmé que la décision de l’Algérie de ne pas recourir à l’endettement extérieur « dérange beaucoup de parties », en soulignant que les jeunes algériens ont créé 10.000 petites entreprises en 2021.

Le président Tebboune de conclure que l’Algérie « se dirige vers un nouveau système économie reposant sur le capital propre ».

« Cette nouvelle génération d’entrepreneurs ne connaît ni la surfacturation, ni le blanchiment d’argent », a-t-il ajouté, affirmant que l’endettement extérieur « hypothèque notre souveraineté et notre liberté de décision, et de défendre des causes justes dans le monde, en particulier le Sahara occidental et la Palestine. »

Concernant la tension régionale avec le voisinage et l’hostilité flagrante contre le pays, le président Tebboune a mis en garde : « L’armée algérienne est une armée pacifique, mais elle défend l’Algérie avec acharnement, alors malheur à celui qui attaque l’Algérie ».

Sur le plan de la politique intérieure, Tebboune a expliqué que la démocratie a besoin d’un Etat fort : « Je le répète encore. Il n’y a pas de démocratie avec un État faible, une faiblesse qui provoque le chaos et oblige à abandonner ses principes ».

Il a assuré que la liberté d’expression était garantie, mais loin de l’insulte et de la diffamation. Pour Tebboune, « le commentaire politique et la liberté d’expression étaient garantis, mais dans le cadre du respect, car ceux-ci n’ont aucune relation avec l’invective, la diffusion de mensonges et les tentatives visant à faire plier l’Etat au moyen de méthodes tordues ».

Assurant que l’Algérie avait réussi à construire des institutions constitutionnelles « probes » en éloignant l’argent sale et en permettant à une nouvelle génération de jeunes d’y participer, le chef de l’Etat a affirmé que cette démarche avait dérangé de nombreuses parties.

Le chef de l’Etat a ajouté sur la question de la pratique démocratique dans le pays: « Je ne cesserai de le répéter…Aucune démocratie n’est envisageable dans un Etat faible, une faiblesse qui favorise l’anarchie et les concessions sur les principes », a ajouté le chef de l’Etat.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email