-- -- -- / -- -- --
Monde

Daesh vise une mosquée, un nouveau massacre saoudien à Saada

Daesh vise une mosquée, un nouveau massacre saoudien à Saada

Quatre personnes sont tombées en martyre dans l’attentat près d’une mosquée perpétré lundi soir à Sanaa et revendiqué par le groupe créé par l’Otan se faisant appeler Daesh (EI).

Cités par l’agence de presse Saba, huit autres personnes, dont des enfants, ont également été blessées dans l’attentat. Daesh a rapidement revendiqué l’attentat, prétendant dans un communiqué se venger ainsi « des Rafidha (musulmans chiites) », qu’il considère comme des hérétiques. Le groupe takfiriste wahhabite avait signé le 21 mars ses premiers attentats au Yémen, en visant plusieurs mosquées. Bilan : 142 martyrs, l’un des plus lourds enregistrés dans ce pays. Parallèlement, les raids saoudo-américains ont malheureusement causé le martyre d’une vingtaine de civils, dont plusieurs enfants et femmes. A Saada au nord, plus de 13 civils ont été tués par les bombardements saoudiens visant le village As-Sader, ont rapporté dimanche les agences d’informations yéménites. Et puis, à Sanaa, neuf personnes ont péri suite à des frappes visant un marché populaire, et 5 autres ont été tués dans des raids visant la région de Kaataba. L’Arabie et ses alliés bombardent sans répit le Yémen depuis le 26 mars. Plus de 3000 Yéménites ont déjà trouvé la mort, selon les chiffres de l’Onu.

Al Saoud, dans le bourbier, mise les médias Par ailleurs, les observateurs insistent sur le fait que la coalition saoudienne a échoué totalement dans ce qu’elle appelle la libération de la ville d’Aden . « La preuve , c’est qu’ Abed Rabbo Mansour Hadi n’a pas effectué la prière de la fête d’al Fitr à Aden, comme l’ont annoncé les médias pro-saoudiens avant le déclenchement de la bataille.. », indique des analystes à Beyrouth. En effet, non seulement le pseudo président allié d’Israël et de l’Otan n’a pas pu se rendre à Aden mais en plus les autorités yéménites ont confirmé la semaine dernière, que la plupart des régions du sud de la ville sont encore sous le contrôle de l’armée et des « comités populaires », alors que les combats se poursuivent de plus bel autour de l’aéroport, divisé en deux sections entre les deux belligérants. Autrement dit, les premiers jours de l’attaque contre Aden, parrainée par les Émirats arabes unis, ont suffi pour montrer que toutes les allégations « de la libération d’ Aden » ne sont que des victoires fictives à but médiatique..

L’échec du plan émirati Au milieu du mois dernier, les médias de la coalition saoudienne ont annoncé « la libération très proche d’Aden », faisant la propagande d’un plan de libération de la ville : une opération militaire dirigée par une unité militaire d’élite émiratie composée de 60 officiers. Cette force a fait du district d’alBariqa son QG , un district contrôlé par l’organisation « alQaida » et par les forces salafistes. De même, une unité spéciale saoudienne s’est installée tout prés du siège de l’EAU, chargée de la logistique et de l’intelligence. Dans un premier temps, les forces émiraties ont opéré en coordination avec les factions armées, assurant la distribution des armes et de l’argent. 

Dans le même temps, un millier de combattants yéménites formés en Arabie saoudite ont été transportés à Aden. L’attaque contre la deuxième plus importante ville yéménite aurait du commencer il y a 20 jours sauf que l’une des unités de reconnaissance émiraties a été démasquée par l’armée yéménite à Dar Saad provoquant la mort de l’un des officiers émiratis. Les autorités émiraties ont prétendu que cet officier était tombé sur la frontière yéméno-saoudienne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email