Curitiba a trouvé son sauveur et en fait son héros : Super-Slim, le Brésil le salue bien !  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Sports

Curitiba a trouvé son sauveur et en fait son héros : Super-Slim, le Brésil le salue bien ! 

Curitiba a trouvé son sauveur et en fait son héros : Super-Slim, le Brésil le salue bien ! 

Prophète ailleurs que dans son pays mais commandeur à la tête de l’attaque de la sélection de son pays dont il s’est fait baroudeur en chef. Buteur historique avec un record difficile à égaler.

Slimani est toujours là, lui qui se découvre une âme de voyageur auquel il ne manque, et ça viendra, ça ne saurait tarder, un seul continent à son tableau de bord, l’Asie où il compte sûrement choisir un autre terrain, un autre football, d’autres défis pour la totale après avoir, avant la destination brésilienne (tout sauf de l’exotisme), sévit partout en serial- buteur toujours tourné sur les cages adverses 

Ceux parmi les journalistes, toujours prêts à vouloir en découdre avec Belmadi, qui ne voulaient sûrement pas rater la belle occasion de la divulgation de la liste des Verts concernés par la double confrontation respectivement contre le Cap Vert et l’Egypte lors de la présente date-Fifa en préparation pour les qualifications (dès la 2e semaine du mois de novembre prochain) de la Coupe du Monde 2026 et l’édition ivoirienne de la CAN en début d’année prochaine (2024), ont cru peut-être disposer d’un argument de poids pour sortir l’artillerie lourde : la présence d’un certain Slimani parti s’exiler très loin des qu’on dira-t-on.

De l’autre côté de la planète. Au Brésil, le pays du Roi Pelé et aussi, et surtout, terre de foot par excellence. Incomparable. Une question on ne peut plus claire et une réponse à la mesure du respect que le driver voue au buteur historique des Verts : « La convocation d’Islam Slimani est légitime parce que j’estime que ce joueur est toujours capable de marquer des buts à travers son expérience, notamment dans son poste initial d’avant-centre ».

De son nouveau point de chute qui fait rêver les plus grands, Slimani n’a pas tardé à donner raison aux choix de son mentor chez le team- DZ et pour lequel, pour sa part, le respect est total. Va le remercier évidemment, avant de rallier la Ville des Ponts Suspendis, pour ce renouvellement de confiance à un tournant majeur de sa carrière. Comme il a toujours su et continue à le faire. Balle au pied.

Plutôt d’une tête imparable. Comme celle, dans la nuit de dimanche à lundi où il fera valoir cette même tête d’or pour sauver son équipe d’une mauvaise passe. Lui redonner de l’espoir dans sa lutte pour le maintien, avec un succès improbable (2-1), Coritiba, sur un heading décisif, empochant trois précieux points devant un Atletico Mineiro dans un match d’une grande intensité. Un dernier sursaut après une minute de temps additionnel (90+1) et une tête imparable qui sort du lot et fait mouche.

Fait succès. Salvateur, même si le plus dur, pour son club, est à venir. Comme celles, nombreuses auxquelles il nous habitués en Afrique (championnat d’Algérie et compétitions multiples avec un titre de champion en 2019), en Europe (chez de grosses écuries comme le Sporting Lisbonne, Leicester, Lyon ou Brest) et puis l’Amérique du Sud où il démontre toutes ses qualités de buteur patenté, Coritiba, engagé dans l’objectif-survie, ayant finalement tir le gros lot en attirant chez lui l’enfant de Ain Benian. Qui dit oui. Est présent dans les moments décisifs, en dépoussiérant les filets adverses à trois reprises déjà en seulement cinq matchs.

Débuts tonitruants pour Slimani qui carbure au Super. Prend un bain de jouvence sur les vastes pâturages des quadruples champions du monde. Avec ses 41 buts en 93 sélections et un appétit toujours intact, son opportunisme rarement démenti, Belmadi sait sur qui compter devant dans les moments cruciaux avec un « tueur » comme lui dans les surfaces adverses.

Un Slimani en première ligne et prêt à tous les défis. Qui a, comme une certaine année 2014, au … Brésil, quand il se lèvera plus haut que tout le monde dans la défense russe pour inscrire le but qui emmènera les Verts, version Halilhodzic, pour la 1ère fois dans l’histoire du football algérien, au 2e tour du plus prestigieux tournoi quadriennal inter-nations à l’échelle universelle. Ça sent bon les Verts avec la nouvelle vague guidée à l’avant par « l’intercontinental » Slimani. Bonjour la CAN . . .           

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email