-- -- -- / -- -- --
Monde

Crise en Tunisie : Ennahda appelle au boycott du référendum du 25 juillet

Crise en Tunisie :  Ennahda appelle au boycott du référendum du 25 juillet

Le parti politique tunisien Ennahda a annoncé ce lundi 13 juin dans un communiqué qu’il s’en tient à la Constitution de 2014 et qu’il boycotterait, cependant, « le prétendu référendum, qui n’a pour but que tromper la volonté du peuple et d’accorder une légitimité artificielle à un régime autoritaire qui étend son pouvoir de jour en jour ».

Le bureau exécutif d’Ennahda, réitère sa « mise en garde contre un comportement de milices, pratiqué par des cercles proches du putsch, à l’encontre du Front du salut national et les activités d’Ennahda, profitants du discours d’hostilité et de haine propagé par le pouvoir après le coup d’Etat », lit-on dans le communiqué.

Pour rappel le Front du salut national est une coalition de partis et d’associations politiques, créé en mai dernier et présidée par l’ancien député Ahmed Nadjib Chabi composé d’Ennahda, la coalition al Karama, le parti Qalb Tounes et le mouvement Amel. Il appelle au rétablissement de l’ordre constitutionnel et au retour aux affaires de l’ancien parlement, suspendu le 25 juillet 2021 puis dissout le 30 mars dernier.

Le parti d’obédience islamiste revient, dans son texte, sur les polémiques qui ont secoué la Tunisie ces dernières semaines, notamment celle ayant trait à la suppression du projet de constitution de la notion de l’Islam en tant que religion de l’Etat. “La Tunisie est un Etat libre indépendant, et souverain, sa religion est l’islam, sa langue l’arabe et son régime la République”, souligne le parti islamiste, ajoutant qu’il s’oppose à tout rapprochement la Tunisie et Israël. 

« Soulever des problèmes qui ont été résolus par le peuple depuis l’indépendance et inclus dans les premiers articles de la Constitution de la révolution n’est qu’une tentative de bas niveau et dangereuse pour exclure les contrevenants », poursuit le communiqué du mouvement.

Le juriste chargé de la rédaction du projet de cette Constitution, Sadok Belaïd, avait affirmé dans un des déclarations faites à la presse le 6 juin qu’il présenterait au président Kais Saied un projet de charte expurgée de toute référence à l’islam.

« 80% des Tunisiens sont contre l’extrémisme et contre l’utilisation de la religion à des fins politiques. C’est précisément ce que nous allons faire tout simplement (en) gommant l’article 1 dans sa formule actuelle », avait-il affirmé à l’agence AFP. « Si vous utilisez la religion pour faire de l’extrémisme politique, eh bien nous l’interdirons », avait-il ajouté en référence au mouvement Ennahdha.

Ennahda a aussi apporté son soutien aux magistrats suspendus par le Président Kaïs Saïed, rejetant « le contenu du décret n°35 de 2022 et de l’ordonnance présidentielle n°516 de 2022, qui justifient la révocation de cinquante-sept juges « en violation flagrante de la Constitution et de la loi, démontrée lors de la conférence de presse des magistrats ».

Le mouvement condamne également les tentatives d’entraîner l’appareil sécuritaire dans un conflit avec l’autorité judiciaire dans le but de porter atteinte à son indépendance demandant l’ouverture d’une enquête « sur les pressions exercées sur la justice pour qu’elle prononce des jugements à l’encontre du mouvement Ennahda », conclut le texte.

Il est à rappeler que la Tunisie traverse une crise politique depuis la prise en main par le président tunisien Kais Saied du pouvoir exécutif, depuis le 25 juillet 2021, en limogeant le Premier ministre de l’époque, Hisham Al-Mashishi, puis en gelant le parlement et instituant une politique de gestion des affaires courantes par décrets, dans ce qui a été décrit par ses détracteurs comme étant un “coup d’État”.
Les soutiens du Président quant-à-eux considèrent cette période délicate comme une étape exceptionnelle vers l’accomplissement d’une transition politique ayant pris en compte les erreurs de la démocratie naissante post-Révolution. La crise politique, conjuguée à une grave crise économique, pèse lourdement sur ce pays de 10 millions d’habitants. 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email