-- -- -- / -- -- --
Nationale

Crise économique : Le FCE appelle à des mesures d’urgence

Crise économique : Le FCE appelle à des mesures d’urgence

Le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) persiste et signe. Selon lui, le Forum ne va plus s’immiscer dans la politique. Faire du Forum une organisation apolitique et se consacrer uniquement au service de l’économie nationale est une décision actée et une vision qui fait consensus au sein du FCE. Ce sont des affirmations de Samy Agli,ce mardi, lors de son intervention au Forum d’El Moudjahid.

Il n’a laissé aucun doute sur cette question. Même interpellé pour donner son avis sur la nécessité d’établir une stabilité politique pour garantir une stabilité économique, il a préféré camper sur sa position.

Mais c’est la situation économique qui inquiète le plus le Forum. En effet, Agli a indiqué que l’économie du pays « tourne au ralenti » et c’est le secteur du BTPH, qu’il qualifie de maillon faible, qui est le plus touché par la crise, d’autant qu’il dépend de la commande publique qui a nettement baissé. Selon lui, des entreprises se battent aujourd’hui pour maintenir les emplois, « mais pour combien de temps ? », s’interroge-t-il. Comme Pour dire que la situation est alarmante, le président du FCE appuie son avis par des chiffres. « 50 000 registres de commerce ont été retirés ces derniers mois et 300 000 postes d’emploi ont été supprimés », a-t-il précisé.

C’est dans le but d’arrêter cette hémorragie qu’il appelle les décideurs à « prendre des mesures urgentes et courageuses », car le temps, poursuit-il, « n’est pas en notre faveur ». Il est donc question d’accompagner ces entreprises en difficulté en adoptant des mesures exceptionnelles car la situation est également exceptionnelle. Il propose donc un accompagnement des banques pour ces entreprises, mais aussi de lever les pressions des caisses de sécurité sociale. Garantir un accompagnement pour les chefs d’entreprises à l’export est en outre préconisé par l’intervenant, qui estime nécessaire de lancer un « plan Marshall » pour booster les exportations hors hydrocarbures. Selon lui, des réformes au niveau du système bancaire doivent être opérées afin d’accompagner les exportateurs.

Pour ce qui des deux mesures phares que contient l’avant-projet de la loi de finances 2020, à savoir l’abrogation de la règle régissant l’investissement 51/49 et l’introduction de l’impôt sur la fortune, l’invité d’El Moudjahid n’a pas caché son avis. Il a salué la première décision, qui a longtemps freiné l’investissement étranger, tout en soulignant la nécessité de l’accompagner par d’autres mesures incitatives. Pour ce qui est de l’ISF, l’intervenant n’a pas exprimé la position du FCE, préférant attendre de voir le texte complet du projet de loi de finances pour se prononcer. Néanmoins, il a signalé que « c’est un message négatif pour l’économie ».

Interrogé sur le nombre d’adhérents que compte l’organisation patronale, Agli a affirmé que le nombre est en nette expansion. « On compte actuellement 4 000 adhérents et le FCE reçoit quotidiennement des demandes d’adhésion. Ceux qui ont démissionné, une quarantaine, commencent à réintégrer le Forum », a-t-il signalé.

Enfin, Agli a indiqué que le FCE, qui organisera son université d’été le 12 octobre prochain, a ouvert plusieurs chantiers portant sur les mutations de l’organisation.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email