Crise de lait : La parade de Henni – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Crise de lait : La parade de Henni

Crise de lait : La parade de Henni

Depuis quelques semaines et dans plusieurs régions du pays, les citoyens éprouvent des difficultés à se procurer un sachet de lait. Après un répit d’environ un mois, les scènes des files d’attente, sont à nouveau visibles, au grand dam des citoyens. Il s’agit apparemment d’un problème de perturbation dans la chaîne de distribution.

C’est ce qui ressort des dernières déclarations du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, qui a annoncé, jeudi, la mise en place d’une nouvelle carte de distribution du lait subventionné, après le mois de Ramadhan, afin d’assurer une meilleure couverture de toutes les wilayas en ce produit de large consommation.

Le ministre de l’Agriculture a précisé lors d’une séance consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), que la commission intersectorielle, composée de représentants des secteurs de l’Agriculture, du Commerce et des Finances, se réunira la semaine prochaine en vue de revoir, après le mois de Ramadhan, la carte de distribution du lait subventionné, de manière à approvisionner chaque wilaya en quantités suffisantes et donner un nouvel élan à cette activité.

Le ministre a expliqué, en réponse à une question d’un député, que la valeur des subventions consacrées par l’Etat au lait est de 85 milliards Da par an, tandis que la quantité de lait en poudre destinée à la production du lait subventionné, cédé au prix de 25 Da, équivaut à 15 000 tonnes par mois, soit 1,7 milliard de litres de lait par an.

Il a fait savoir que la part de lait pour chaque citoyen est estimée à 45 litres par an, soulignant que la vision des autorités publiques constituait à subventionner la production de fourrage et l’élevage dans le cadre d’un programme futur complémentaire couvrant tout le processus de la filière Lait, de la production à la commercialisation.

S’agissant de la laiterie « Lacto-Sud » qui relève du secteur privé, sise à Touggourt et dont les travaux ont été parachevés depuis 2017, mais qui n’est toujours pas entrée en service, le ministre de l’Agriculture a assuré qu’une solution sera trouvée dans « les plus brefs délais » en vue de lancer cette unité d’une capacité de production de 56 000 litres de lait/jour.

Il convient de rappeler, que depuis quelques semaines beaucoup de régions ont ressentis encore une fois enregistré des pénuries de lait subventionné.  La distribution du lait par les différentes laiteries, ne semble peut-être pas être arrivée à satisfaire la demande quotidienne des ménages et elle reste, par moments, problématique car, les citoyens ne voient pas, souvent, ce produit dans les commerces de détail.

Des pères de familles sont, en effet, obligés de prendre sur leur temps de travail pour faire la chaîne pour acheter un sachet de lait quand ils ne sont pas forcés de prendre en sus du lait pasteurisé un sachet de lait de vache, une vente concomitante interdite par la loi mais que certains commerçants enfreignent.

«Normalement, on va aller travailler et non pas partir à la recherche d’un sachet de lait », s’offusque un père de famille, avant d’ajouter, qu’il lui arrive de faire la queue pendant presque une heure et demi avant d’être servi.

«Il faut se lever très tôt pour chercher du lait en sachet», a déclaré au Jeune Indépendant une dame, rencontrée devant une supérette à Boudouaou dans la wilaya de Boumerdes : «Il faut, bien s’armer de patience devant les épiceries durant des heures pour avoir un sachet de lait», assure-t-elle.

Une autre dame se dit obligée de se lever tôt, ces jours-ci pour chercher du lait.  «Le sachet de lait est introuvable ! Ce produit est presque inexistant dans les épiceries». Cette mère de deux enfants tient à préciser, également que : « très souvent, les vendeurs sont contraints de demander aux gens d’acheter deux sachets pas plus ».

L’Association de la protection du consommateur (APOCE) a tenu à expliquer la raison derrière cette perturbation de la distribution. Dans un communiqué publié sur sa page officielle Facebook, l’association de Zebdi a fait savoir que cette perturbation est due au changement de la carte de distribution de ce produit.

L’APOCE s’est montrée, par ailleurs, satisfaite de l’application de la loi de la lutte contre la spéculation, estimant que les mesures entreprises dans le cadre de l’application de cette loi ont porté leurs fruits. D’ailleurs, tous les produits subventionnés ont fait leur retour sur les étagères des magasins.

Au sujet des perturbations que connaît le marché, l’association chargée de la protection des consommateurs algériens a proposé une solution à ce problème, notamment, en transférant le surplus aux régions qui ont enregistré des pénuries. 

L’APOCE a indiqué que cette opération a été entamée depuis le début de cette semaine, cependant, les fluctuations se poursuivent jusqu’à présent.

Dans ce sens, l’APOCE a appelé à suspendre l’application de cette nouvelle méthode jusqu’à ce qu’elle soit réglementée avec précision par les laiteries, les distributeurs et les commerçants. Cela afin que tous les citoyens puissent acheter le produit en question.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email