-- -- -- / -- -- --
Nationale

Crise au Sahel : Quand la drogue tisse des liens étroits avec le terrorisme

Crise au Sahel : Quand la drogue tisse des liens étroits avec le terrorisme

La drogue finance le terrorisme, ce n’est plus un secret mais une réalité amère qui est en train de s’amplifier devant nos frontières. L’Algérie fait l’objet d’un vaste plan machiavélique qui menace sa stabilité du moment que des réseaux transnationaux de trafic de kif sont en train d’unir leurs activités avec les groupes terroristes. Cette alliance risque de torpiller les efforts de l’Algérie pour retrouver la paix et la stabilité dans la région.

Le trafic de drogue dans la région du Sahel ne date pas d’aujourd’hui. Or ces dernières années avec l’éclatement des crises en Libye et au Mali, le fléau a pris une tournure beaucoup plus grave surtout avec la libre circulation des armes de toutes catégories. Cette région dont l’Algérie a une large bande frontalière avec elle, est devenue une plaque tournante de trafic transnational du cannabis.

Les régions de Bab El Assa, Maghnia, Béchar, Naâma sont des villes où passent des tonnes de cannabis. La drogue qui provient dans sa majorité des frontières Ouest du pays, constitue une importante source de financement des groupes terroristes qui activent dans la région du Sahel. L’argent des barons marocains servent à approvisionner les groupes terroristes et les bandes de crimes organisés en armes. Le trafic de drogue a ainsi tissé des liens étroits avec les groupes terroristes tel qu’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), et le Mouvement d’Unité pour le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO).

Ce dernier était derrière l’enlèvement de 7 diplomates algériens le 5 avril 2012, faut-il le rappeler. Deux d’entre eux sont morts pendant leur détention, le diplomate Tahar Touati a été sauvagement assassiné. Tandis que le consul Boualem Sias est décédé à la suite de sa maladie qui s’est aggravée à cause des conditions pénibles de la détention, faut-il également le souligner. D’après les observateurs, les groupes terroristes activant dans le Sahel sont devenue des narcoterroristes, puisque ils procurent une couverture pour les contrebandiers afin d’assurer le transport de la marchandise (drogue et armes).

C’est dans ce contexte que le président Sahraoui, Mohamed Abdelaziz a mis en garde contre les dangers des drogues provenant du Maroc qui constituent selon lui « une importante source de financement pour les groupes terroristes », qui sont un grand danger pour la stabilité et la paix dans toute la région. Il a ajouté que « les flux des drogues qui menacent la stabilité des pays de la région d’autant plus que le Maroc reste le premier producteur et exportateur mondial de cannabis « .

« Outre le paiement de rançons, les drogues provenant du Maroc constituent une importante source de financement pour les groupes terroristes dans la région du Sahel », a souligné le président Abdelaziz, dans un entretien accordé à la chaîne « A3 » de la Télévision algérienne.

Par ailleurs, M. Abdelaziz a fait savoir que le non-respect du royaume alaouite de ses engagements internationaux pour le règlement pacifique du conflit sahraoui est un réel défi à toute la communauté internationale. « L’occupant marocain se trouve en position de confrontation réel et inédite avec toute la communauté internationale car il s’oppose au moyen pacifique établi par l’ONU afin de parvenir à une solution politique, durable et consensuelle de la question sahraoui « , a-t-il dit. « Le Maroc entrave depuis le début la visite de l’envoyé personnel du SG de l’ONU, Christopher Ross ».

Le président sahraoui a indiqué en outre que le Front Polisario à « toujours coopéré avec les Nations Unies pour la consécration d’un référendum libre et intègre, garanti par les chartes et les usages internationaux ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email