-- -- -- / -- -- --
Nationale

Covid-19 :Vers la vaccination des enfants à partir d’octobre

Covid-19 :Vers la vaccination des enfants à partir d’octobre

Après avoir connu une troisième vague foudroyante, l’Algérie est passée à la vitesse supérieure en donnant un coup d’accélérateur à la campagne de vaccination contre le Covid-19, et ce depuis le 4 septembre dernier. Si l’objectif est de vacciner 70% de la population avant la fin de l’année 2021, il reste la question de la vaccination des enfants.

Afin d’atteindre un bon niveau de couverture vaccinale pour l’ensemble de la population, le comité scientifique chargé du suivi de l’évolution  de l’épidémie du coronavirus compte cibler les 12-18 ans. Une tranche d’âge délicate qui fait l’objet de débat chez les scientifiques. En effet, la dernière vague épidémiologique causée par le variant Delta a montré que cette souche, très contagieuse, touche davantage les adolescents, les enfants et même les nourrissons.

L’Algérie a lancé une vaste campagne de vaccination contre la Covid-19, et ce dans le but de faire vacciner le maximum de personnes et d’atteindre ainsi l’immunité collective. Pour ce faire, il est aujourd’hui question de cibler les enfants âgés entre 12 et 18 ans. C’est ce qui ressort des déclarations du Dr Akhamoukh, membre du comité scientifique chargé du suivi de l’évolution du coronavirus en Algérie. Ce dernier vient d’annoncer que la campagne de vaccination visant les enfants de moins de 18 ans sera lancée en octobre prochain.

Intervenant ce vendredi sur les ondes de la Radio nationale, le Dr Akhamoukh a fait savoir que cette décision intervient après une longue étude sur la question par les scientifiques. Il faut dire que la vaccination de cette catégorie de la population est une étape nécessaire pour briser les chaînes de transmission du coronavirus. Selon le spécialiste, le comité, qui s’est basé sur de nouvelles données scientifiques, a fini par proposer de vacciner les enfants. Une question qui a été étudiée par plusieurs spécialistes, a-t-il affirmé.

Concernant le type de vaccin qui sera administré à cette tranche d’âge, le Dr Akhamoukh a fait savoir que cette question est encore un sujet d’étude et que la décision sera bientôt prise. L’intervenant a assuré que la campagne de vaccination des enfants âgés entre 12 et 18 ans sera lancée au mois d’octobre prochain. Ces déclarations rappellent celles du ministre de l’Education  nationale, qui avait affirmé que son département songeait à vacciner les élèves afin de les protéger d’une quatrième vague, laquelle risque de frapper bientôt.

Le variant Delta n’a épargné aucune tranche d’âge. Le nombre de contaminations chez les adolescents et les petits enfants a considérablement augmenté durant la troisième vague de l’épidémie. Les enfants de moins de 18 ans sont devenus, de ce fait, un relais et une source de transmission. C’est ce qu’a tenu à expliquer le Dr Nihad Dahmani, spécialiste en pédiatrie. «Il est vrai que les enfants ne développent pas de forme grave de la maladie mais ils peuvent, par contre, contaminer d’autres personnes, notamment celles à risque», a-t-elle affirmé.

La pédiatre a soutenu qu’effectivement les enfants âgés de 12 à 18 ans peuvent être déclarés positifs et transmettre le virus, sans pour autant développer une forme grave de la maladie. Si le coronavirus n’est pas dangereux pour les jeunes âgés entre 12 et 18 ans, pourquoi alors les vacciner ? «La vaccination des adolescents s’inscrit dans le cadre de la vaccination massive de la population. L’objectif est de rompre la chaîne de transmission du virus et protéger ainsi les personnes les plus vulnérables, les nourrissons et les personnes âgées», a expliqué le Dr Nihad.

La pédiatre estime qu’à la rentrée scolaire, les regroupements d’enfants d’horizons divers sont une source de transmission directe. «Si les enfants ne sont pas vaccinés, le virus peut ne pas être dangereux pour leur santé, mais il le sera pour des personnes à risque de leur entourage auxquelles ils l’auront transmis», a-t-elle insisté. Il convient de rappeler que la vaste campagne vaccinale lancée par le ministère de la Santé se poursuit de son côté. Alors qu’elle devait prendre fin le 11 septembre, le ministère de la Santé a décidé de la prolonger d’une semaine.

Cette décision intervient dans le but d’atteindre l’immunité collective et de vacciner 70% de la population d’ici à la fin de l’année.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email