-- -- -- / -- -- --
Monde Asie

Covid-19: Le « virus politique » à l’américaine

Covid-19: Le « virus politique » à l’américaine

Après  trois mois de manipulation secrète, les services de renseignement américains ont récemment rendu public un rapport sur le traçage des origines du nouveau coronavirus, accusant la Chine d’ «empêcher les enquêtes internationales » et exigeant que la communauté internationale fasse des pressions à l’encontre de Pékin. Cette conduite visant à répandre délibérément le « virus politique » a gravement impacté la coopération internationale et les études sur l’origine du virus dans cette lutte contre la pandémie de COVID-19.

De quels droits les Etats-Unis, pays qui a essuyé la plus grosse défaite dans le contrôle de l’épidémie et qui a le plus contribué à la propagation du virus, pourraient-ils représenter la communauté internationale ?

Ces derniers jours, plus de 80 pays ont écrit au Directeur général de l’OMS et présenté des déclarations ou notes diplomatiques, en vue d’exprimer leur opposition à la politisation du traçage des origines du virus et de réclamer le maintien de la conclusion tirée des recherches sur l’identification des origines du virus en première phase ; plus de 300 partis politiques, organisations sociales et think tanks d’une centaine de pays et régions ont soumis au secrétariat de l’OMS une déclaration conjointe qui s’oppose à la politisation de la question du traçage des origines de la pandémie. Voici les consensus de la communauté internationale.

Les Etats-Unis tentent de manipuler l’opinion internationale à l’encontre de la Chine, ils n’auraient pas dû être si sûrs de leur influence.

En réalité, depuis le tout début de la propagation de la COVID-19, les pays du monde en est lucides : le recours au service de renseignement pour effecteur le traçage des origines du virus est une farce politique de l’administration américaine. Ce prétendu rapport élaboré par les Etats-Unis est purement un document destiné à rejeter sa responsabilité sur d’autres pays et à se blanchir. Comme l’a indiqué le chercheur américain Mario Cavolo, la raison pour laquelle les Etats-Unis s’obstinent à faire un battage médiatique concernant la « fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan », c’est juste dans le but de détourner l’attention du public pour que les histoires de la fuite des virus depuis des laboratoires américains puissent passer inaperçues.

Qu’il s’agisse de l’échec de leur propre lutte contre l’épidémie, ou de la levée de l’interdiction mondiale de voyager pour les citoyens américains au moment le plus fort de l’épidémie, les Etats-Unis ont sérieusement retardé la lutte mondiale contre la pandémie. L’administration américaine réclame de faire pression contre la Chine avec leurs alliés, mais ce qui est ironique, c’est que les diplomates de l’Union européenne ont fait savoir lundi qu’en raison du rebond du nombre de cas confirmé aux Etats-Unis, l’UE allait proposer ses pays membres de serrer les restrictions imposées à l’entrée des touristes américains dans une nouvelle version de sa directive antiépidémique mise à jour au plus tôt cette semaine.

Il est évident que les pays du monde, avec notamment les alliés des Etats-Unis, sont tous conscients : au moment où les variants du coronavirus sévissent à travers le monde, les politiciens américains persistent à répandre le « virus politique » et empoisonnent énormément l’environnement de lutte contre la pandémie à l’échelle mondiale, en effet, ils s’en foutent de la vie et de la santé des populations du monde entier.

De plus, l’administration américaine mobilise son service de renseignement pour mener la « présomption de culpabilité », ce qui a fait obstacle aux efforts pour découvrir les origines du nouveau coronavirus. Plus vicieux, les Etats-Unis tentent de relier les origines du virus à la Chine, cela a contribué à la montée de la discrimination et de la haine raciales à travers le monde. Récemment, CNN a rapporté que des chefs des organisations d’origines asiatiques américaines se soucient que le rapport du traçage des origines de la COVID-19 serait utilisé à « justifier les propos racistes » et conduit à plus d’incidents de violence contre les personnes d’origines asiatiques dans le pays.

Frederick Mutesa, secrétaire de l’Association zambienne pour l’amitié Zambie-Chine, indique que les Etats-Unis qui pratiquent la « présomption de culpabilité » et la manipulation politique sur l’identification des origines du virus ne font qu’entraver la lutte internationale contre la pandémie.

Pour Cavins Adhill, expert kenyan sur les questions internationales, ce qui est le plus important à l’heure actuelle est de connaître le virus et convaincre le virus, autrement que faire du traçage des origines du virus un outil politique pour attaquer d’autres pays.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email