-- -- -- / -- -- --
Nationale

Covid-19: La solidarité citoyenne se renforce

Covid-19: La solidarité citoyenne se renforce

L’Algérie est frappée de plein fouet par l’épidémie du coronavirus. Le pays fait face, depuis quelques jours, à une reprise de l’épidémie liée à la prolifération du variant Delta, qui représente désormais 71 % des virus qui circulent.

Face à la situation qui met les hôpitaux à rude épreuve, où est notamment signalé un manque d’oxygène un peu partout dans le pays, la solidarité s’organise. Des initiatives citoyennes des Algériens d’ici et de l’étranger se multiplient. Agir collectivement et s’entraider sont désormais les maîtres mots.

L’heure est à la mobilisation. La tendance haussière des contaminations au coronavirus et le nombre de personnes admises dans les hôpitaux, souvent des patients nécessitant une oxygénothérapie, font craindre le pire. L’afflux grandissant des malades sature les capacités d’accueil des hôpitaux. Les moyens de diagnostic et de prise en charge arrivent à bout dans plusieurs structures hospitalières. Le scénario indien est tant redouté ! Depuis quelques jours, la situation sanitaire se détériore au quotidien et les hôpitaux sont sous pression, avec un personnel épuisé ou contaminé par ce satané virus. Les appels de détresse lancés par des professionnels de la santé mais aussi par des malades ou parents de malades atteint de la Covid circulent. Les réseaux sociaux sont le canal de diffusion de ces appels. La majorité signale le manque d’oxygène. Des appels à la location ou l’achat d’obus ou de concentrateurs d’oxygène se multiplient. Et c’est le déclic.

Des opérateurs économiques et, surtout, des citoyens lambda puisent dans les traditions ancestrales : ils se mobilisent et se solidarisent. Des opérations d’acquisition de concentrateurs d’oxygène sont lancées, sachant qu’ils font l’objet d’une grande spéculation sur le marché et que leur prix flambent. A Akbou, par exemple, dans la wilaya de Béjaïa, des bienfaiteurs, essentiellement des opérateurs économiques, de la région ont réalisé et équiper une centrale de production d’oxygène médical au profit de l’hôpital de la localité en moins de 48 heures. Ils ont collecté 1,7 milliard de centimes pour réaliser cette centrale d’une capacité de production de 4 000 litres par jour pour répondre à la demande grandissante. Des opérations similaires sont lancées un peu partout dans le pays. Des appels sont en effet lancés pour l’acquisition de générateurs et concentrateurs d’oxygène afin de les mettre à la disposition des hôpitaux, où un manque flagrant de ce produit vital est signalé.

Des appels aux dons sont également lancés. Un groupes d’étudiants en médecine à Tizi Ouzou, qui mettent en avant le danger qui guette les professionnels de la santé «au front», vient de lancer un appel au don (des masques chirurgicaux, masques FFP2, camisoles, sur-blouses, gants, visières de protection, masque à oxygène…). Ces produits, précise-t-on, seront redistribués aux internes du CHU ainsi qu’au Croissant-Rouge algérien, qui se chargera d’approvisionner les hôpitaux manquant de protection pour le personnel et les patients. Des cellules de crise sont aussi installées dans plusieurs localités du pays dans le but de mobiliser les aides financières et matérielles en vue de l’achat de concentrateurs d’oxygène de 15 à 20 litres, mais aussi pour doter les hôpitaux d’une station d’oxygène.

La communauté algérienne à l’étranger se mobilise aussi. L’Association des étudiants et des cadres algériens en France (ECAF) a lancé une cagnotte pour l’acquisition de matériel médical. Cette initiative a été relayée en Algérie par des artistes qui ont lancé des appels aux dons. Cet appel a eu l’effet escompté. Le montant fixé comme objectif a été revu à la hausse.

D’origine algérienne, un interne en médecine à Toulouse a, de son côté, lancé une cagnotte pour acheter du matériel médical pour les hôpitaux d’Algérie. «C’est une hécatombe quotidienne, la situation est gravissime…», a-t-il déclaré à un média français, soulignant l’implication de la diaspora algérienne. Selon lui, les premières caisses de matériel devraient

partir pour l’Algérie à la fin de la semaine. Des retraités du secteur de la santé sont également appelés en renfort. Le but étant de prêter main-forte au personnel soignant au poste, épuisé et en première ligne depuis plus d’une année.

D’autres ont converti leur page Facebook pour relayer les appels de détresse mais aussi pour la mise en relation des parents des patients avec des fournisseurs de bouteilles ou des concentrateurs d’oxygène. Chacun à sa manière, l’essentiel c’est de porter secours à ces malades qui suffoquent…

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email