-- -- -- / -- -- --
Monde

Covid-19: Investissements massifs des entreprises américaines en Chine

Covid-19: Investissements massifs des entreprises américaines en Chine

Les entreprises américaines ont engagé des investissements en Chine aux Etats-Unis en plein période de la pandémie de COVID-19 et au milieu de la récession de l’économie mondiale. Une cérémonie d’inauguration « Cloud » a simultanément eu lieu le 22 avril à Beijing, à Huizhou, en Chine et à Dallas tandis que la construction du projet d’ExxonMobil sur l’éthylène à Huizhou, dans la province chinoise du Guangdong, a été lancée en fin de semaine avec un investissement de 10 milliards de dollars.

Premier grand projet pétrochimique financé uniquement par une entreprise américaine en Chine, le temps de son inauguration est significatif. C’est pendant la période de COVID-19 durant laquelle l’effondrement de la demande de pétrole brut a conduit à une forte baisse de son prix. Le prix du contrat à terme du pétrole brut WTI était négatif le 20 avril. Une première dans l’histoire. La plupart des entreprises du pétrole se trouvent actuellement en grande difficulté. Alors qu’ExxonMobil a choisi d’entamer un investissement considérable à long terme en Chine. Preuve que ce géant pétrolier américain a confiance au marché chinois et croit aux perspectives de l’économie chinoise.

D’où viennent cette confiance et cette attente ? Elles proviennent de « hard power » : infrastructure perfectionnée et installations de soutien industriel de la Chine. Elles proviennent aussi de « soft power » : ouverture continue du pays et amélioration continue de son environnement commercial.

Face à l’épidémie de COVID-19, la province du Guangdong a fait des plans globaux pour promouvoir la prévention et le contrôle de l’épidémie, ainsi que le développement économique et social. Des stratégies qui ont permis au projet de connaître son démarrage heureux comme prévu. Les plans mis en œuvre par cette province du sud de la Chine a aussi été l’occasion pour la Chine de montrer sa surprenante vitesse. Et ce n’est là qu’un microcosme du niveau d’ouverture plus élevé de la Chine.

Comme l’a déclaré le PDG d’ExxonMobil, Darren Woods, lors de la cérémonie d’inauguration, outre les infrastructures, de nouvelles lois et réglementations ont encore amélioré la compétitivité de l’économie chinoise. « Tous ces éléments ont créé un environnement qui permet à ExxonMobil de poursuivre son investissement stratégique à long terme (en Chine). »

Il sied de noter qu’après le déclenchement de l’épidémie, certains politiciens américains poussent le soi-disant « découplage » de la chaîne industrielle sino-américaine, proposant même que le gouvernement paie les frais de retrait des entreprises américaines de la Chine. A l’heure actuelle, l’inauguration d’un tel projet a apporté une réponse claire à ces propos.

Le coup de Walmart Ces trois derniers mois, la Chine a efficacement contrôlé la propagation de l’épidémie grâce à une prise de décision résolue, à un déploiement précis, à une forte capacité de mobilisation et d’exécution et à l’unité et au dévouement de 1,4 milliard de populations. Ce qui a largement favorisé la reprise de la production. La forte résilience économique a également renforcé la confiance des capitaux internationaux pour continuer à investir en Chine.

Le 8 avril, jour du « déconfinement » de Wuhan, une autre société américaine, Walmart, a annoncé une augmentation de 3 milliards de yuans (environ 420 millions de dollars) de ses investissements à Wuhan. Une enquête menée conjointement par la Chambre de commerce américaine en Chine, la Chambre de commerce américaine à Shanghai et PricewaterhouseCoopers China, rendu public le 17 avril, a montré que plus de 70% des entreprises américaines en Chine déclarent qu’elles ne déplaceraient pas leurs affaires de production, d’approvisionnement ou d’achat hors de la Chine.

Les entreprises américaines ne sont pas les seules à avoir confiance en l’économie chinoise. Selon un reportage récent de Financial Times, les trois usines en Chine du fabricant britannique de bouilloire électrique Strix ont entièrement restauré leur capacité de production en quelques semaines. Le PDG de l’entreprise a souligné que la standardisation et la discipline de la Chine dans la lutte contre l’épidémie aideront les entreprises à reprendre le travail et la production.

Actuellement, à cause de l’épidémie de COVID-19, les investissements transfrontaliers, le commerce des marchandises et les échanges de personnel ont considérablement diminué dans le monde entier. Le Fonds monétaire international a récemment réduit ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2020 à -3%, la pire depuis la Grande Dépression des années 1930. Dans ce contexte, l’inauguration du projet d’investissement d’ExxonMobil en Chine de 10 milliards de dollars est, sans aucun doute, un vote en faveur de la promotion de la mondialisation économique. Ce qui est propice au renforcement de la confiance de toutes les parties pour vaincre l’épidémie et à approfondir la coopération économique et commerciale internationale.

Selon les analystes de JP Morgan, la Chine sera la première à sortir du ralentissement économique provoqué par le virus. En effet, la Chine possède des avantages comparatifs tels qu’un système industriel complet, des infrastructures solides, des ressources humaines abondantes et des ressources en main-d’œuvre, qui se sont accumulés au cours des décennies de développement. Tout cela ne sera pas modifié par une soudaine épidémie.

Le fondement de la croissance économique à long terme de la Chine n’a pas changé, et la position du pays en tant qu’élément important de la chaîne industrielle mondiale et destination d’investissements mondiaux n’a pas non plus changé.

A l’avenir, la porte de la Chine s’ouvrira encore plus largement. Les multinationales perspicaces et clairvoyantes gagneront sûrement plus de possibilités dans le processus de participation à la reprise économique et au développement de la Chine.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email