-- -- -- / -- -- --
Monde

Covid-19 Bras de fer à Washington entre Trump et la presse

Covid-19 Bras de fer à Washington entre Trump et la presse

Les médias américains veulent voir clair de la manière dont leur gouvernement gère la pandémie de Covid-19. Au cours d’une conférence de presse, tenue le 13 avril à la Maison Blanche, Paula Reid, journaliste de la chaine CBS, a pressé le président Donald Trump, au sujet du rôle de son administration depuis février pour riposter à la pandémie.

Visiblement contrarie, le dirigeant américain a réagi au tac au tac. Dernier exemple de son bras de fer avec les médias américains depuis quelques jours.Dans un article qu’il a publié tout récemment, « New York Times » a fait savoir que la majorité de cas confirmés de Covid-19 à New-York ont été importés de l’Europe. Pour cela, le quotidien a reproché les autorités de n’avoir pas pu songer au dépistage un peu plus tôt.

Pour ce journal, c’est le retard mis dans les mesures de prévention et de contrôle qui est à la base du nombre explosif de contaminations dans cette grande métropole du monde. Des commentaires qui n’ont pas plu au dirigeant américain. Comme à ses habitudes, le patron de la Maison Blanche a sévèrement critique l’article en question.

Peu avant, la Maison Blanche s’en était aussi pris à un autre média américain, la Voix de l’Amérique, l’accusant de dépenser l’argent des contribuables américains, afin de parler du bien de la Chine. Cette remarque de la Maison Blanche est survenue alors que la Voix de l’Amérique, le 8 avril, jour de la levée du confinement à Wuhan, écrivait dans un reportage : « les mesures de confinement prises par la Chine à Wuhan étaient un modèle réussi dans la prévention et le contrôle de l’épidémie, suivi par de nombreux pays du monde. »

De toute évidence, ce qui a exaspéré le gouvernement américain, ce ne sont pas des faits infondés, mais le point de vue « politiquement incorrect ». Aux yeux de la Maison Blanche, critiquer la Chine revient à « couvrir les faits ». Cela démontre également que le gouvernement américain se sert de la soi-disant « liberté de la presse » comme outil politique.

Récemment, le « Washington Post » et le « New York Times » ont respectivement publié des reportages d’enquête, attribuant l’aggravation de la pandémie aux Etats-Unis à la défaillance du gouvernement fédéral et à sa réponse insuffisante. Comme l’ont souligné les analystes, certains reportages des médias américains ont démonté le mensonge selon lequel « le virus serait originaire de la Chine », ce qui a énervé l’Administration américaine, qui cherchait par tous les moyens à rejeter la responsabilité à la Chine. Ces médias sont inévitablement confrontés aux critiques de la part de leur gouvernement.

Ce qui est encore plus frappant, c’est que le dirigeant américain a, lors de cette conférence de presse, présenté une vidéo détaillant les mesures décisives qu’il a prises dans le cadre de la lutte contre l’épidémie au cours des derniers mois. Un internaute a ainsi commenté : « Alors que plus d’Américains sont décédés du virus aux Etats-Unis, notre dirigeant gaspille toujours le temps et l’argent des contribuables pour sa publicité. C’est vraiment décevant. »

Le 15 avril, à 11 heures de Beijing, plus de 600 000 cas confirmés de coronavirus ont été signalés aux Etats-Unis, avec 26 003 décès. A ce stade critique, les attaques contre les médias ne peuvent pas occulter les faibles du gouvernement américain et la logique incompréhensible qui consiste à privilégier les intérêts politiques au détriment de la vie des populations.

Certaines personnes aux Etats-Unis devraient se concentrer rapidement sur la prévention et le contrôle de l’épidémie, car le temps n’attend pas et la vie humaine est précieuse plus que toute autre chose.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email