-- -- -- / -- -- --
Nationale

Coupures d’eau durant l’Aïd : Explications peu convaincantes de l’ADE

Coupures d’eau durant l’Aïd : Explications peu convaincantes de l’ADE

Les coupures d’eau durant les deux jours de l’Aïd-el-Adha et l’absence d’AEP dans plusieurs wilayas ont provoqué la colère des citoyens, dont certains ont bloqué la circulation routière, comme à Lakhdaria. Une panne électrique est derrière cette perturbation de l’alimentation en eau potable, selon les affirmations du directeur général de l’Algérienne des eaux (ADE), Ismaïl Amirouche.

Confiants après les messages d’assurance lancés la veille de l’Aïd quant à l’approvisionnement continu en eau potable, notamment par l’adoption de mesures spéciales, les habitants de plusieurs wilayas ont passé cette fête religieuse avec des robinets à sec.

Les différentes actions de protestation menées par les citoyens des localités privées d’eau, notamment la fermeture d’un tronçon de l’autoroute Est-Ouest par les habitants de Lakhdaria, dans la wilaya de Bouira, qui endurent le manque d’eau potable depuis plusieurs mois, ont fait réagir le premier responsable de l’ADE.

Dans sa déclaration à l’agence APS, Ismaïl Amirouche a indiqué que la perturbation de l’alimentation en eau potable enregistrée, durant les deux jours de l’Aïd-el-Adha, dans certaines wilayas est due essentiellement à une interruption de l’alimentation électrique survenue à Bouira. « La station électrique n° 1 de la wilaya de Bouira a connu dans la nuit de samedi à dimanche une interruption en alimentation en énergie électrique, qui a duré quatre heures, causant ainsi une perturbation dans l’alimentation en eau potable dans quatre (4) wilayas du pays », a-t-il expliqué. Cette station, précise-t-il, alimente trois branches allant vers la wilaya de Tizi Ouzou (côté Azzazga), la wilaya de M’sila (côté Boussaâda) ainsi que vers la wilaya de Médéa. Il s’agit, selon lui, de grandes installations qui alimentent ces wilayas à partir du barrage Koudiet Acerdoune (Bouira). A cause de cet incident technique, ajoute-t-il, l’écoulement de l’eau potable s’est interrompu dans plusieurs conduites et réservoirs, ce qui explique cette perturbation enregistrée précisément à Bouira, Tizi Ouzou, Msila et Médéa. Cependant, M. Amirouche estime que « 90% de la population algérienne a été correctement alimentée en eau potable durant l’Aïd-el-Adha, alors que seulement 10% de la population ont connu des perturbations ». Selon ce responsable, qui a signalé la forte demande en eau potable durant cette période (la consommation a enregistré une hausse de 10 à 15%), la distribution de l’eau potable à travers tout le territoire national a été « correctement assurée » durant les deux jours de l’Aïd, excepté dans quelques wilayas.

Cependant, le problème de manque d’eau potable ne date pas d’aujourd’hui. Ce phénomène perdure depuis des années, plusieurs localités du pays en souffrent. C’est donc la mauvaise gestion qui est pointée du doigt au moment où le taux de remplissage des barrages a atteint un niveau très élevé. En effet, le ministre des Ressources en eau avait rassuré la population quant à la disponibilité de l’eau durant cette saison estivale, surtout que le taux de remplissage des barrages au niveau national a dépassé 77%.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email