-- -- -- / -- -- --
Nationale

Coupures d’eau, d’électricité, feux de forêts et manque de liquidités: des actes « prémédités »

Coupures d’eau, d’électricité, feux de forêts et manque de liquidités: des actes « prémédités »

Les derniers incidents survenus lors des deux jours de l’Aid El Adha, ayant transformé les moments de joie du citoyen en un calvaire, ont défrayé la chronique et surtout suscité le courroux des hautes autorités.

En plus de la canicule du mois de juillet, la souffrance de la population s’est notamment accentuée depuis le déclenchement d’une vague d’incendies et des feux de forêts ayant ravagé des milliers d’hectares du couvert végétal, et qui s’ajoute au manque de liquidité dans les bureaux de poste à la veille des fêtes et ses traditionnels achats. Une situation marquée également par la persistance des contraintes liées au confinement et aux risques pandémiques.

Le comble durant ces journées, c’est les coupures d’eau et d’électricité, qui ont complètement gâché les fêtes de l’Aid.
Pour le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui a été instruit d’ouvrir une enquête sur ces évènements, il s’agit bien « d’actes prémédités », visant à « semer la discorde et l’instabilité ».

« Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune m’a chargé d’ouvrir une enquête sur les feux de forêts, le manque de liquidité au niveau des bureaux de poste et les perturbations de l’AEP », a indiqué M. Djerad dans une déclaration en marge d’une réunion ministérielle consacrée à l’exploration du marché des vaccins anti-Coronavirus.

Le Premier ministre a souligné que le Président de la République « a donné cette instruction, car il est étrange et anormal que ces trois opérations, enregistrées le même mois, touchent à la stabilité et créent des problèmes dans la relation entre le citoyen et les autorités publiques ».

Concernant le problème de liquidité, le Premier ministre a affirmé qu’il a été procédé, durant un seul mois, au retrait de 4.000 Mds de centimes des bureaux de poste, qualifiant ce chiffre « d’énorme ».

M. Djerad a expliqué que « cette anomalie ne signifie pas l’absence de lacunes sur les plans opérationnels et administratifs ». Mais, il s’est dit étonné du comportement de certains citoyens, « qui retirent de l’argent quotidiennement et pendant plusieurs jours. Après examen, il s’est avéré qu’il s’agit d’un complot afin de créer des problèmes durant les jours précédant l’Aid El Adha ».

« La veille de l’Aïd El Adha et le samedi, ce problème n’a pas été enregistré, ce qui implique pour nous de chercher l’origine de cette perturbation », ajoute le premier ministre.

Il a noté que « dans l’attente des résultats des enquêtes, des indices montrent qu’il s’agit d’actes malveillants visant à semer la confusion parmi les citoyens ».

Quant aux incendies de forêts, M. Djerad a fait état de l’interpellation, dans la wilaya de Batna, d’individus « en train de mettre délibérément le feu dans des forêts, et de l’enregistrement de 4 à 5 incendies en même temps et au même endroit ». Il a tenu à préciser dans ce sens qu’une enquête est en cours afin d’élucider les circonstances de ces incidents.

Par ailleurs, le Premier ministre a qualifié les coupures d’eau et l’arrêt de la station de dessalement de Fouka (Tipaza) « d’acte prémédité par un certain groupe », rappelant « qu’une enquête a été diligentée et une action judiciaire contre (X) a été intentée par le ministre des Ressources en eau en vue de déterminer les circonstances de cet « apparent sabotage ».

De même, on fait état d’un acte de sabotage voulu à travers les coupures d’électricité. M. Djerad a souligné que « plusieurs actes de sabotage touchant les lignes d’électricité ont été enregistrés dans la wilaya d’Annaba et dans diverses régions du pays ».

« Si toutes ces données sont prises en compte, l’on peut dire qu’il y a des actes prémédités visant à semer la discorde et l’instabilité dans le pays », a-t-il conclu, non sans appeler, dans ce sillage, le peuple algérien à « faire face à ces incidents malveillants ». « L’Etat y fera toujours face avec fermeté et le citoyen est tenu de protéger la stabilité, un atout majeur pour le pays », a-t-il soutenu.

Pour rappel, cette situation de confusion a provoqué le mécontentement du citoyen, ube grogne exprimée massivement via les réseaux sociaux, devenus seul espace pour « vider son sac », surtout qu’il est déjà meurtri par les répercussions de la pandémie Covid-9. 
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email