Coupes drastiques de livraisons du gaz russe : Les prix s’envolent  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Coupes drastiques de livraisons du gaz russe : Les prix s’envolent 

Coupes drastiques de livraisons du gaz russe : Les prix s’envolent 

Le marché gazier poursuit lentement son dérèglement. Tous les experts le prévoyaient. Sans surprise, l’effondrement des approvisionnements russes en gaz naturel a provoqué une explosion du marché et des prix en Europe.

Ce mardi, ces cours du gaz ont atteint des sommets dans le Vieux continent. Alors que les négociations et les achats concernaient les quantités à être livrées l’hiver prochain dans plusieurs pays européens, Moscou annonce, à travers le géant Gazprom, des coupes drastiques via le gazoducgazoduc Un gazoduc est une canalisation destinée au transport de matières gazeuses sous pression, la plupart du temps des hydrocarbures. Selon leur nature d'usage, les gazoducs peuvent être classés en trois familles principales : 1- gazoducs de collecte, ramenant le gaz sorti des gisements ou des stockages souterrains vers des sites de traitement. 2- gazoduc de transport ou de transit, acheminant sous haute pression le gaz traité (déshydraté, désulfuré, ...) aux portes des zones urbaines ou des sites industriels de consommation 3- gazoducs de distribution, répartissant le gaz à basse pression au plus près des consommateurs domestiques ou des petites industries. NordStream.

Selon le magazine spécialisé « energynews », les prix du gaz européen ont atteint hier un plus haut depuis le record historique de mars dernier.

Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, évoluait dans la matinée à 192,00 euros le mégawattheure (MWh), entraînant dans son sillage les cours du pétrole.

Le gaz britannique évoluait quant à lui à 356,99 pence par thermie (une unité de quantité de chaleur), après un pic à plus de 357 pence, également un plus haut depuis son record historique de mars.

Gazprom a annoncé qu’il réduirait dès aujourd’hui drastiquement, à 33 millions de m³ quotidiens, les livraisons de gaz russe à l’Europe via Nord Stream, arguant de la nécessité de maintenance d’une turbine.

Cette nouvelle coupe réduit à environ 20% les capacités du gazoduc, alors que les nations européennes s’efforcent de reconstituer leurs réserves à l’approche de l’hiver.

Côté pétrole, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre prenait 1,45%, a 106,67 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois montait quant a lui de 1,73%, a 98,37 dollars.

Pourquoi cette hausse simultanée des cours du pétrole ? Les spécialistes expliquent que les inquiétudes concernant l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe ont un impact collatéral sur les prix du pétrole, car une compression potentielle du gaz fourni à l’Europe est susceptible d’augmenter la demande de pétrole et d’autres carburants connexes tels que le diesel.

L’Union européenne a rapidement réagi à cette nouvelle situation, qui va impacter considérablement les réserves stratégiques en gaz des pays membres.

Les Etats membres de l’UE ont approuvé un « plan de réduction coordonnée de leur consommation de gaz pour réduire leur dépendance envers Moscou », selon l’annonce faite ce mardi par la présidence tchèque de l’UE et rapportée par l’AFP.

Ce plan prévoit « une réduction volontaire de 15 % de la demande de gaz naturel cet hiver », selon un communiqué de l’UE.

Pour rappel, cette hausse vertigineuse des prix du gaz en Europe n’est pas nouvelle. En 2018, soit avant la guerre en Ukraine qui est à l’origine actuellement de la flambée des cours, le marché a connu des tensions en raison de la vague de froid qui a traversé le continent européen. Cependant, en 2022, les records sont historiques. A titre de comparaison, les prix ont été multipliés par 7 par rapport à la même date en 2021. Le vrai pic de l’index britannique a été atteint le 7 mars dernier. Le BNP s’échangeait à 800 p/th.

Avant 2021 les prix étaient rarement supérieurs à 100 p/th. Justement, c’est les approvisionnements continus des russes via les gazoducs qui maintenaient les prix sous cette barre symbolique. L’effondrement des livraisons russes ont déstabilisé le marché et enclenchent désormais une concurrence mondiale sans précédent.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email