-- -- -- / -- -- --
Sports

Coupe du monde d’escrime : «La crème du fleuret féminin mondial est à Alger»

Coupe du monde d’escrime : «La crème du fleuret féminin mondial est à Alger»

La 3è étape de la 30e édition de la coupe du monde de fleuret féminin qui s’est ouvert, samedi matin, à la salle Harcha, réunit les « meilleures fleurettistes » de la planète, venues se mesurer lors du rendez-vous d’Alger, a indiqué le président de la Fédération algérienne d’escrime (FAE), Salim-Abderaouf Bernaoui. »

A part les défections de la Tunisienne Ines Boubakri, médaillée de bronze des derniers Jeux Olympiques de Rio, qui est en période de rééducation après une opération effectuée sur le genou et la finaliste des JO-2016, l’Italienne Elisa Di Francisca, le gotha mondial du fleuret féminin est présent », a déclaré Bernaoui vendredi à l’APS.

Il cite à titre d’exemple, la championne olympique 2016, la Russe Inna Deriglazova, la numéro 1 mondiale, l’Italienne Arianna Errigo, l’Américaine Lee Kieffer (3è mondiale) et la Française Ysaora Thibus (7è). »Dans le monde, il n’y a pas mieux que celles qui sont ici. 

Côté algérien et mis à part Anissa Khelfaoui, avec ses trois participations olympiques, la Direction technique nationale (DTN) a décidé d’engager des jeunes escrimeuses qui possèdent des potentialités et des qualités à faire valoir, selon les techniciens. »

Khelfaoui (24è mondiale) à qui on souhaite une qualification au tableau des 64 (ce qui serait une première pour elle) et ses neuf autres compatriotes n’auront pas de pression. Elles devront concourir sans complexe et auront une compétition de plus dans leur préparation aux prochaines échéances internationales », a précisé le président de la FAE.

En effet, les Algériennes engagées lors de ce Mondial dont plusieurs cadettes à l’instar de Meriem Mebarki, Sonia Zeboudj et autre Yasmine Tentaz auront l’occasion de prendre connaissance du haut niveau chez une catégorie supérieure et même de faire de ce rendez-vous, une étape préparatoire aux 3ès Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ), prévus en Algérie en 2018 et aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), programmés durant la même année en Argentine, sans oublier les JO de 2020 à Tokyo et les JO-2024.

Outre ses fleurettistes cadettes, l’Algérie sera représentée en individuel, par Anissa Khelfaoui, Narimene El-Houari, Yasmine Menaouer, Leïla Ghazi, Nihel Guemmar, Amira Rouibet et Yelli Sadoudi.Dans l’épreuve par équipes, la sélection nationale sera composée du quatuor Anissa Khelfaoui, Narimene El-Houari, Meriem Mebarki et Sonia Zeboudj.

« On a engagé de jeunes athlètes qui sont notre fierté. Elles ont été lancées en 2013, au début de notre mandat, lorsqu’elles n’avaient que 9 et 10 ans. Maintenant, elles vont prendre part à une compétition seniors. Ce sont des filles très talentueuses.

On souhaite qu’elles bénéficient des meilleurs moyens pour progresser, car elles peuvent faire valoir beaucoup de satisfaction à l’escrime algérien à l’avenir », a tenu à dire Bernaoui, ajoutant que les grands noms de l’escrime mondial aujourd’hui avaient commencé aussi très jeunes.

Les techniciens algériens présents à la salle Harcha partagent le même avis .Interrogé sur le but d’organiser ce genre de compétition, le premier responsable de la FAE a précisé que ces tournois « créent un environnement de haut niveau et permettent avec le temps, à la fois de devenir performant et de faire progresser la discipline ». 

Outre l’Algérie, cette 3e étape de la 30e édition de la coupe du monde de fleuret féminin verra la participation de l’Autriche, du Canada, de l’Espagne, de la France, de l’Allemagne, de la Grèce, du Hong Kong, de la Hongrie, de l’Italie, de l’Inde, du Japon, de la Corée du Sud, de la Pologne, de la Roumanie, de la Russie, de la Turquie, des Etats-Unis et de la Chine.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email