-- -- -- / -- -- --
Monde Afrique

Coupe de force en Guinée: l’ONU et l’UA condamnent

Coupe de force en Guinée: l’ONU et l’UA condamnent
Le président entouré des putschistes

Une unité d’élite de l’armée guinéenne a pris d’assaut le palais présidentiel dimanche matin à Conakry, où résidait Alpha Condé, 83 ans, président depuis 2010.

Des officiers des forces spéciales guinéennes ont affirmé, dans la journée, avoir capturé le chef de l’Etat Alpha Condé et ont décidé de “dissoudre” les institutions,

“Nous avons décidé après avoir pris le président, qui est actuellement avec nous (…) de dissoudre la Constitution en vigueur, de dissoudre les institutions ; nous avons décidé aussi de dissoudre le gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes”, a affirmé le chef des forces spéciales, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, au côté de putschistes en uniforme et en armes.

Dénonçant une “gabegie”, le lieutenant-colonel Doumbouya, drapé dans un drapeau guinéen, a ensuite réitéré cette déclaration à la télévision nationale, interrompant les programmes habituels.

Les putschistes ont également diffusé une vidéo du président Condé entre leurs mains. Ils lui demandent s’il a été maltraité, et Alpha Condé, en jean et chemise froissée dans un canapé, refuse de leur répondre.
« Vous pouvez m’expliquer ? », glisse-t-il seulement, avec un mépris agacé.

Quelques minutes plus tard, le colonel Mamady Doumbouya, chef du Groupement des forces spéciales (GPS), revendique la prise du pouvoir. Là encore dans une vidéo mise sur internet, lunettes noires et béret rouge de rigueur, l’officier assure, depuis le palais présidentiel, que « la situation socio-économique du pays et l’instrumentalisation de la justice et le piétinement des droits des citoyens » ont « amené l’armée républicaine (…) à prendre ses responsabilités vis-à-vis du peuple de Guinée ».

Celui qui ressemble fort au nouveau maître du pays, à l’issue d’une prise de pouvoir des plus classiques, a annoncé la « suspension de la Constitution », « la dissolution du gouvernement et des institutions », visiblement remplacé par un « Comité national du rassemblement et du développement », le CNRD. Il a également annoncé la fermeture des frontières terrestres et aériennes du pays ainsi que l’instauration d’un couvre-feu « jusqu’à nouvel ordre ».

Suite à ce putsch, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres « condamne fermement toute prise de pouvoir du gouvernement par la force du fusil et appelle à la libération immédiate du Président Alpha Condé » en Guinée, a-t-il fait savoir dans un tweet diffusé en fin de journée.

l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont condamné la prise de pouvoir par les armes en Guinée Conakry, demandant la libération immédiate du président Alpha Condé.

Le président en exercice de l’UA Félix Tshisekedi et le président de la commission Moussa Faki Mahamat ont invité le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine à se réunir d’urgence pour examiner la nouvelle situation en Guinée et prendre les mesures appropriées aux circonstances.

La CEDEAO exige le respect de l’intégrité physique du président Alpha condé et sa libération immédiate et sans condition, demande aux forces de défense et de sécurité de demeurer dans une posture républicaine et exige le retour à l’ordre constitutionnel sous peine de sanction

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email