-- -- -- / -- -- --
Monde

Coup d’Etat royal en Arabie saoudite ?

Coup d’Etat royal en Arabie saoudite ?

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a promu mercredi son jeune fils Mohammed prince héritier, confirmant son ascension dans un contexte de crise ouverte avec le Qatar et d’enlisement dans la guerre contre le Yémen.

Par un décret publié par l’agence officielle Spa, le souverain a évincé son neveu le prince héritier Mohammed ben Nayef, et nommé son fils Mohammed, 31 ans, héritier du trône, rapporte l’AFP. Selon le décret royal, Mohammed ben Salmane devient également vice-Premier ministre. Il conservera également ses portefeuilles actuels, dont celui de la Défense.

Il est aussi conseiller spécial du souverain et, surtout, il préside le Conseil des affaires économiques et de développement, organe qui supervise Saudi Aramco, la première compagnie productrice de pétrole au monde.

En revanche, le prince Mohammed ben Nayef, chargé pendant des années des services du contre-terrorisme du pays, a été évincé de toutes ses fonctions : outre celle de prince héritier, il était vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur. A la tête de l’Intérieur, le prince Abdel Aziz ben Saoud le remplace. 

Le souverain saoudien a invité les membres de la famille royale, les hauts responsables et les simples citoyens à se rassembler mercredi soir dans son palais de la Mecque pour faire allégeance au nouveau prince héritier.

Sa nomination comme héritier du trône a été approuvée par 31 des 34 membres du « Conseil d’allégeance », selon la télévision d’Etat El-Ikhbariya.

En tant que vice-prince héritier, Mohammed ben Salman a notamment été chargé de la guerre meurtrière que mène l’Arabie saoudite contre le Yémen, de la politique énergétique du pays et des projets du royaume pour l’après-pétrole.

Il convient de noter qu’en nommant son fils prince héritier, le roi Salmane a modifié par décret l’ordre de succession, qui était exclusivement réservé aux fils directs du fondateur du royaume, Abdel Aziz, pour l’élargir aux petits fils de ce dernier. L’ascension fulgurante du jeune prince est perçu par les observateurs comme les prémisses d’une « très prochaine » intronisation de Mohamed Ben Salmane.

 Il ne tardera pas à prendre la direction du Royaume, et par extension « une mainmise aux relents ‘’impérialistes’’ sur l’espace arabe et musulman, souligne-t-on dans les milieux diplomatiques.

Ce qui suscite déjà l’inquiétude d’autant plus que ce jeune prince de 31 ans s’est déjà illustré dans des politiques belliqueuses contre, notamment, le Yémen où près de 20 000 hommes, femmes et enfants ont été massacrés par l’aviation saoudienne. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email