Coup d'Etat au Gabon: le président Ali Bongo en détention – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Afrique

Coup d’Etat au Gabon: le président Ali Bongo en détention

Coup d’Etat au Gabon: le président Ali Bongo en détention

Des militaires putschistes ont annoncé mercredi avoir mis «fin au régime» du chef de l’État gabonais Ali Bongo, au pouvoir depuis la mort en juin 2009. Ce coup d’Etat est le second dans un pays africain en moins de deux mois, après celui du Niger le 26 juillet dernier.

«Le président Ali Bongo est gardé en résidence surveillée, entouré de sa famille et de ses médecins», selon un communiqué lu à la télévision d’État par les militaires du Comité de Transition et de Restauration des Institutions (CTRI).

Noureddin Bongo Valentin, fils et proche conseiller du chef de l’État, Ian Ghislain Ngoulou, directeur de cabinet de M. Bongo, Mohamed Ali Saliou, son directeur de cabinet adjoint, Abdul Hosseini, un autre conseiller de la présidence, Jessye Ella Ekogha, conseiller spécial et porte-parole de la présidence ainsi que les numéros un et deux du tout-puissant Parti démocratique gabonais (PDG) de M. Bongo «sont arrêtés», a poursuivi le colonel de l’armée qui avait lu dans la nuit le communiqué annonçant que des militaires mettaient «fin au régime».

Ils sont arrêtés notamment pour «haute trahison contre les institutions de l’État, détournements massifs des deniers publics, malversations financières internationales en bande organisée, faux et usage de faux, falsification de la signature du président de la République, corruption active, trafic de stupéfiants», a-t-il précisé.

Le général Brice Oligui Nguema, chef de la garde républicaine (GR), garde prétorienne du président déchu Ali Bongo Ondimba, a été porté en triomphe mercredi par des centaines de militaires quelques heures après le coup d’État, aux cris de «Oligui président», dans des images retransmises par la télévision d’État.

Cette vidéo passait en boucle à la fin d’un communiqué lu par un colonel entouré d’officiers de la GR, la plus puissante unité de l’armée gabonaise, annonçant que M. Bongo était «en résidence surveillée» quelques heures après l’annonce de sa réélection au terme de 14 années au pouvoir.

Sous le règne de Ali Bongo, proche du Maroc et de la France, la corruption a pris des proportions alarmantes dans le pays où 37% de la population est au chômage et 40 % de la population vit au dessous du seuil de pauvreté, selon la banque mondiale

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email