Hausse des contaminations: les écoles en état d'alerte – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Hausse des contaminations: les écoles en état d’alerte

Hausse des contaminations: les écoles en état d’alerte

La recrudescence des contaminations au coronavirus ainsi que la propagation du variant Omicron, identifié comme étant très contagieux, lancent à nouveau les débats sur les mesures à prendre pour limiter la circulation du virus notamment dans les établissements scolaires.

C’est le cas pour les milieux scolaires qui pourraient favoriser la propagation du variant Omicron parmi les enfants, selon les spécialistes qui n’écartent pas l’éventualité de recourir à la fermeture exceptionnelle des écoles pour éviter la propagation du virus. Un avis qui n’est pas partagé par les syndicats du secteur qui ne voient pas en la fermeture des écoles une solution. Que faut-il faire alors ?  

L’école est à nouveau au cœur de la gestion de la crise sanitaire. Si le recours à la fermeture des écoles n’est pas écarté par les spécialistes, garder les établissements scolaires ouverts reste le credo des syndicats de l’éducation. Le Professeur Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapaha Pacha, appelle à la vigilance, notamment au niveau des établissements scolaires, alors que la tendance haussière des contaminations se confirme de jour en jour, comme le démontre le bilan quotidien du ministère de la Santé. Dans sa déclaration, hier à la radio nationale, il a affirmé l’existence des contaminations dans les milieux familiaux et chez les enfants.

La raison pour laquelle il a interpellé les enseignants et responsables d’écoles sur la nécessité de déclarer les cas de contaminations parmi les élèves. « Nous demandons aux enseignants et responsables des écoles de faire attention et de déclarer au direction de santé publique (DSP), les élèves qui présentent des symptômes liés au Covid-19 », a-t-il précisé. Le but étant de prendre à temps les mesures adéquates. Il n’écarte pas la possibilité de recourir à la fermeture des écoles si un grand nombre de cas sont recensés. « Si dans une école il y a un nombre important de contaminations au coronavirus, la logique serait de prendre un congé afin d’éviter de propager le virus  au sein de nos enfants », a-t-il indiqué, soulignant la forte contagiosité de l’Omicron.

Une éventualité à laquelle n’adhèrent pas les syndicats du secteur de l’Education. Ils estiment qu’au niveau de l’école,  comme ça doit être le cas partout, l’important c’est le respect des protocoles sanitaires. C’est d’ailleurs la conviction de Meziane Meriane, coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest), lequel affirme qu’  « on ne peut pas isoler l’école de l’environnement général ».

Selon lui, pour protéger l’école, il faut prendre des mesures strictes à l’extérieur. « Même si à l’école on respecte le protocole sanitaire, l’élève se retrouve à l’extérieur à partir 16 heures, il est dans la rue, il prend le transport…Chose qui l’expose au risque de contamination, dans la mesure où les mesures préventives se sont pas respectées », a-t-il précisé dans sa déclaration au Jeune Indépendant.
Selon lui, la fermeture de l’école ne sert « absolument à rien», soulignant la nécessité d’être vigilant et de renforcer les mesures sanitaires à l’intérieur des écoles, en revenant à l’application stricte du protocole sanitaire.

« Il faut prendre quotidiennement la température des élèves à leur entrée dans les écoles, veuillez à l’application du port des masques et le lavage des mains et renvoyer ceux présentant des symptômes du coronavirus », a préconisé M. Meriane, pour qui un laisser aller dans l’application de ces mesures ne pourrait justifier la fermeture des écoles. « La fermeture des écoles n’est pas une solution. Si le problème provient de l’école oui. Mais le problème vient beaucoup plus de l’extérieur », a-t-il insisté. Le défi pour les autorités est donc de maintenir les écoles ouvertes malgré la propagation du coronavirus mais surtout du variant Omicron.

Le ministère de l’Education nationale  faut-il le rappeler, a d’une manière inattendue, décidé d’avancer les vacances scolaires d’hiver précédentes d’une semaine pour faire face à la propagation  coronavirus, alors que les cas de contaminations n’ont pas atteint ces seuils, qualifiés d’inquiétants.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email