-- -- -- / -- -- --
Monde

Corée du Nord : Un séisme de 3,4 pouvant résulter d’une explosion nucléaire

Corée du Nord : Un séisme de 3,4 pouvant résulter d’une explosion nucléaire

Un tremblement de terre de magnitude 3,4, qui pourrait avoir été provoqué par une explosion, s’est produit dans le nord-est de la Corée du Nord, ce samedi, annonce le Service sismologique chinois (CENC).

La province de Hamgyong du Nord, située au nord-est de la Corée du Nord, a été frappée par un séisme de magnitude 3,4, ce samedi, selon le Service sismologique chinois (CENC). Le cataclysme pourrait être la conséquence d’une explosion.

L’épicentre du tremblement de terre se trouverait à moins de 5 km de l’endroit où a eu lieu l’essai nucléaire nord-coréen du 3 septembre dernier, d’après les données du Service sismologique chinois citées par l’agence de presse chinoise Xinhua. Les secousses souterraines ont été enregistrées à 16h29 heure de Pékin, (10h29 heure de Paris). Leur foyer se trouvait notamment à une profondeur de « 0 mètres ».

Selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap se référant à l’agence météorologique de la Corée du Sud, il s’agit d’un tremblement de terre de magnitude 3 dont l’origine serait naturelle. La Corée du Nord a annoncé, dimanche 3 septembre, avoir mené l’essai souterrain d’une bombe à hydrogène destinée à équiper un missile à longue portée.

Le qualifiant de « réussite totale », Pyongyang a également affirmé que sa bombe H pouvait être montée sur un missile. Le test a provoqué deux secousses de magnitude 6,3 et 4,6. Il s’agissait du sixième essai nucléaire réalisé par Pyongyang depuis 2006.

Les cinq tests précédents ont valu à la Corée du Nord d’être soumise à plusieurs volets de sanctions internationales qui ne l’ont cependant pas dissuadée de poursuivre le développement de l’arme atomique.

Par ailleurs, le directeur du programme climatique du Fonds mondial pour la nature (WWF) en Russie, Alexeï Kokorine, a évoqué pour Sputnik les éventuelles conséquences des essais nucléaires nord-coréens au-dessus de l’océan Pacifique. « Des précipitations radioactives pourraient tomber sur tous les continents mais, avant tout, sur le Japon et dans la mer du Japon puisque la majorité de masses aériennes se dirigent d’ouest en est », a-t-il expliqué.

D’après lui, la radiation pourrait apparaître dans les lieux les plus inattendus, phénomène qui dépendra davantage de la rose des vents et de la direction des courants. « La radiation survolera le monde entier, tout l’hémisphère nord, avant d’atteindre l’hémisphère sud par le transport atmosphérique.

Nous pouvons penser à Tchernobyl : même s’il n’y a pas eu d’explosion nucléaire, les précipitations, quoi que légèrement radioactives, ont été ressenties presque partout dans le monde », a-t-il conclu.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email