Coopération économique : Nouvel élan des relations algéro-canadiennes  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Coopération économique : Nouvel élan des relations algéro-canadiennes 

Coopération économique : Nouvel élan des relations algéro-canadiennes 
Nouvel horizon.

Un nouvel horizon pour les relations économiques algéro-canadiennes se dessine. Des relations qui se caractérisent par un partenariat durable, gagnant-gagnant, qui ne se limite pas à un seul domaine d’activité. La coopération économique et les prochains rendez-vous bilatéraux ont été exposés par les diplomates du Canada, qui fait son retour à la Foire internationale d’Alger (FIA), prévue du 24 au 29 juin prochain.

L’ambition et la volonté de se redéployer économiquement en Algérie est clairement affichée par le Canada, qui célèbre le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques avec l’Algérie. Un état des lieux des relations bilatérales et les perspectives qui s’annoncent prometteuses ont été mise en exergue lors d’une conférence de presse conjointement animée, hier au siège de l’ambassade à Alger, par l’ambassadeur du Canada en Algérie, Michael Callan, le conseiller politique, Bruno Hamel, et la conseillère commerciale, Christine Colevray.

Le « réel et fort » intérêt pour investir en Algérie a été exprimé par l’ambassadeur, lequel a signalé les multiples opportunités qu’offre le pays mais aussi le nouveau cadre juridique régissant l’investissement, qui est à même d’encourager les investissements.

Les secteurs d’intérêt sont divers et ne se limitent pas à un secteur précis, selon le diplomate, qui signale la présence de plus de 100 entreprises canadiennes en Algérie, lesquelles activent dans plusieurs secteurs d’activité, allant des produits alimentaires à l’aéronautique. « L’Algérie présente d’importantes possibilités d’affaires pour le Canada dans les secteurs des infrastructures et des services de génie-conseil, de l’éducation, de l’aérospatiale, des technologies de l’information et des communications, des sciences de la vie, de l’énergie, de l’agriculture et aussi dans le secteur minier », a affirmé Michael Callan, signalant les forts liens culturels et universitaires entre les deux pays, incluant plusieurs accords inter-universitaires au niveau de la recherche et de l’enseignement.

L’ambassadeur, qui a signalé le rôle et les positions de l’Algérie sur le plan international, notamment le règlement pacifique des conflits, s’est dit convaincu que, eu égard aux opportunités d’affaires qui existent, « on a l’obligation d’avancer ensemble », surtout que la volonté y est. Et ce ne sont pas uniquement les échanges commerciaux qui intéressent les entreprises canadiennes mais l’établissement d’un partenariat durable, gagnant-gagnant. Le Canada va aussi, selon l’ambassadeur, partager ses connaissances et son expérience dans divers domaines, à l’instar de la lutte contre les feux de forêt, sachant que les deux pays sont menacés par le risque incendie.

Le Canada se dit donc prêt à partager son expérience en la matière, pas uniquement les avancées technologiques mais aussi à travers des formations et les systèmes de gouvernance adoptés par le pays. M. Callan a cité, dans ce sens, la possibilité de transformer la flotte aérienne du pays et l’utiliser pour éteindre les feux. Le diplomate, qui a signalé une longue liste d’attente pour l’achat de canadairs, a indiqué que des entreprises canadiennes vont exposer leur savoir-faire et les solutions développées pour la lutte contre les incendies lors de la FIA 2024. Le secteur de l’agriculture intéresse également le Canada. Preuve en est l’inscription d’un projet d’investissement au niveau de l’AAPI, selon Mme Colevray, conseillère commerciale à l’ambassade. Elle dit être en contact avec l’agence pour une collecte d’informations pour deux entreprises canadiennes.

 Le Canada fait son retour à la FIA

L’ambassadeur est, en outre, revenu sur les relations économiques actuelles entre les deux pays, affirmant qu’ils « entretiennent des relations commerciales dynamiques et diversifiées, axées principalement sur les échanges commerciaux et les investissements ». Il a, dans cette optique, signalé une « croissance substantielle » des échanges commerciaux, lesquels ont atteint en 2023 plus de 1,5 milliard de dollars canadiens (presque 150 milliards de dinars). « L’Algérie est le premier marché d’Afrique pour les exportations canadiennes et le quatrième partenaire commercial bilatéral de marchandises du Canada en Afrique », a-t-il précisé.

Les produits algériens peuvent aussi se faire une place sur le marché canadien, selon la conseillère économique à l’ambassade, citant notamment les produits agricoles traditionnels (dattes et huile d’olive). On compte surtout sur la participation des entreprises canadiennes à la FIA 2024 pour donner un coup d’accélérateur à la relation économique bilatérale.

En effet, après une absence, le Canada participe à cet événement économique important avec 12 entreprises et institutions, dont Adroit Overseas entreprises Ltd, R et W Aerogroup, SEI Industries, Logient, le gouvernement du Québec. En plus d’exposer leur savoir-faire, ces entreprises vont explorer les opportunités de partenariat. « Ces entreprises ont manifesté un intérêt certain pour le marché algérien, où certaines comptent renforcer leur présence et d’autres s’installer durablement », a-t-on indiqué.

Une délégation du CREA au Canada en juillet

Un autre événement est censé jouer un rôle dans la consolidation des relations économiques. Il s’agit de la mission économique du Conseil du renouveau économique algérien (CREA), qui va faire le déplacement au Canada au début du mois de juillet. L’ambassadeur du Canada a ainsi exprimé son souhait de voir cette visite déboucher sur des actions concrètes. « Je veille personnellement, ainsi que mon équipe, à ce que ce nouvel élan se traduise par des actions concrètes », a assuré M. Callan, qui a souligné l’impact de la visite, à la fin d’avril, de la délégation parlementaire, conduite par le président de la Chambre des communes, Greg Fergus. « La rencontre de cette délégation avec le président de la République Abdelmadjid Tebboune a donné une autre impulsion à une relation déjà mutuellement bénéfique et sereine », a-t-il affirmé, signalant la rencontre avec d’autres responsables algériens. La composante de cette mission économique n’a cependant pas été communiqué, encore moins les secteurs qui seront représentés.

  Niveau record de demandes de visa 

L’ambassadeur du Canada en Algérie a, par ailleurs, évoqué la forte présence de la communauté algérienne au Canada, laquelle est estimée à plus de 130 000. Une communauté qui s’implique fortement, selon le diplomate, qui a souligné son rôle dans la création d’une base de connaissance des deux marchés. L’ambassadeur a surtout signalé un niveau record de demandes de visa durant l’année 2023. Ainsi, 35 000 visas visiteurs, 9 000 visas études, 3 000 visas de travail et 700 visas pour résidence permanente ont été délivrés aux Algériens durant cette période.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email