-- -- -- / -- -- --
Culture

Conteurs et magiciens

Conteurs et magiciens

Consacrées aux enfants, les Journées nationales du théâtre se poursuivent jusqu’au jeudi 31 mars, au Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou, dans le contexte des vacances scolaires du printemps.

Dédiées aux écoliers, ces Journées nationales théâtrales verront la participation d’une pléiade de troupes venues de plusieurs wilayas d’Algérie. Des troupes et des coopératives théâtrales de Boumerdes , Sétif, Oum El Bouaghi, Skikda, Tiaret et d’Alger qui donneront des spectacles variés.

La première représentation, celle qui a inauguré ce festival le 19 mars dernier, est « Ali Baba » de la troupe du Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou. Ecrite et mise en scène par Hakim Traidia, cette œuvre est jouée par six comédiens.

L’un d’eux est un conteur, il raconte son enfance dans son village natal, soutenu par la diffusion d’images sur un écran de cinéma. Tout au long des faits racontés, les personnages de l’écran – les habitants du village – s’animent.

Apparait alors « Kh’yal Elil », un personnage d’allure mystérieuse, il interpelle le conteur et l’invite à entrer dans l’écran et lui révèle son identité. Un intermédiaire entre la fantaisie et le néant, entre les villageois et ceux du fantastique, entre le conte et le réel.

Il confie au conteur la mission d’aller chercher les personnages du fantastique qui dès lors commencent à quitter le village afin de les rassembler. La formule magique « Kan ya makane » est alors prononcée, le conteur se retrouve dans son village natal et tous les villageois lui viennent en aide.
Ensemble, ils feront un voyage plein d’aventures.

De fil en aiguille le conteur devient lui-même Ali Baba. Le conte prend ainsi forme dans toute sa théâtralité où l’on croise Sindbad le marin, Djeha, M’kideche, Loundja la fille de l’ogresse, Aladin et tant d’autres. 

A la fin, tous les personnages retournent au village, le conteur les revoit sur l’écran et parmi eux « Kh’yal Elil ». Quand son visage est dévoilé, il n’est autre qu’un enfant. Les enfants apprécieront aussi « Lahn oua Amal » de la coopérative Essitar d’Oum El Bouaghi, « Bakou El Maghrour » de la troupe El Badr de Médéa, « Rouh ou Nafis » du Théâtre régional de Skikda et « Baiâ eddouma » de la coopérative Ibtissama du Sétif.

L’ultime représentation de ces Journées nationales théâtrales est « Sa atirou yaouman ma » de la troupe du Théâtre régional Azzeddine-Medjoubi d’Annaba. Aussi, la scène sera-t-elle animée par des spectacles de clowns, de magie et des séances de contes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email