-- -- -- / -- -- --
Nationale

Constantine : Les étudiants toujours mobilisés

Constantine : Les étudiants toujours mobilisés

Les sorties hebdomadaires -marches et sit-in-, devenues le baromètre de la prise de conscience de toutes les catégories sociales, s’imposent désormais comme de véritables « oratoires » du mouvement citoyen à même de convenir des suites à donner au « hirak ». Les étudiants de Constantine étaient en force ce mardi pour le quatorzième mardi de la désormais habituelle marche estudiantine contre le système. Les marcheurs étaient en tout cas conscients que la constance du mouvement a eu pour effet d’ébranler le pouvoir en place.

De prime abord l’on pouvait constater que le défunt Kamel Eddine Fekhar, décédé hier à l’hopital Frantz-Fanon de Blida, s’est invité à la marche. L’indignation était apparente et d’aucuns parmi les marcheurs, en tout cas ceux qui avaient connaissance de son cas, ne manquèrent pas de s’incliner à sa mémoire et de saluer son combat de militant. Il en est de même pour le cas du jeune Hadj Ghermoul, condamné par le tribunal de Mascara pour avoir dit « non au cinquième mandat », c’était au début du mois de février.

Certes, les étudiants étaient moins nombreux que les précédentes sorties,s mais la détermination était de rigueur. En témoigne l’importante adhésion de jeunes filles et garçons et surtout celle des enseignants de tout âge, malgré la chaleur et le jeûne.

Deux haltes ont été improvisées hier devant la cour de Constantine jouxtant la place de la Brèche et le tribunal au début du boulevard Belouizdad (ex-Saint-Jean)

SI le départ inconditionnel des figures toujours à la tête de l’Etat, Bensalah et Bedoui notamment, continue d’être revendiqué par la rue, il n’en demeure pas qu’une certaine adhésion aux dernières mises en examen d’anciens dirigeants, dont deux ex-chefs de gouvernement, pourtant qualifiées précédemment d’inopportunes, a été affichée par les manifestants.

La veille, soit lundi, des dizaines d’universitaires, enseignants et étudiants parmi les plus dynamiques, avaient annoncé la naissance de la Coordination des universités de Constantine pour le hirak (CUCH).

Un mouvement qui se veut rassembleur de toutes les franges universitaires afin, dit-on, de donner forme à la problématique « représentativité du hirak », partant, de contrarier les sceptiques. La rencontre a d’ores et déjà défini les contours d’une charte devant régir la coordination universitaire constantinoise. II a été convenu aussi de tenir cycliquement des conférences à contours politique et académique pour le maintien du mouvement populaire, des conférences devant être encadrées par des spécialistes en histoire, droit constitutionnel, sciences politiques et sciences sociales.

Il a été par ailleurs convenu, apprend-on de l’un des participants, de prendre attache avec les autres coordinations déjà mises en place à travers les universités du pays, à l’image de celles d’Annaba, de Béjaïa ou de Houari-Boumediene à Alger, ou encore celles, précise notre interlocuteur, de l’ouest du pays. Toutes ces démarches ont pour objectif « le changement du système politique et l’édification d’un Etat moderne », résume-t-il.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email