Conseil de sécurité de l’ONU : L’Algérie bientôt de retour au club des 15  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Conseil de sécurité de l’ONU : L’Algérie bientôt de retour au club des 15 

Conseil de sécurité de l’ONU : L’Algérie bientôt de retour au club des 15 
La diplomatie algérienne en action. 

L’Algérie fera son retour en tant que membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), au cours de la période 2024-2025 soit 20 ans après sa dernière élection à ce club restreint, a appris ce mardi, Le Jeune Indépendant auprès d’une source diplomatique à New York.

L’élection de l’Algérie ne sera qu’une simple formalité grâce aux soutiens avérés de l’Union africaine, de la ligue arabe, de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) ainsi que de plusieurs pays membres de l’ONU. Elle est également le seul pays candidat pour le siège de la région MENA (Afrique du Nord et Moyen- Orient)

L’Algérie fera partie du restreint «club des 15» pour une période de deux ans, à compter du 1er janvier 2024. Le 6 juin prochain les états membres de l’Assemblée générale des Nations Unies éliront cinq pays pour le poste de membre non permanent du Conseil de sécurité.

L’Algérie succédera donc les Emirats arabes unis comme membre représentant de la région Afrique du nord et moyen orient. Selon la même source les autres pays qui seront élus sont la Sierra Leone, la Corée du Sud la Guyane et le vainqueur entre la Slovénie et la Biélorussie.

En prévision de cette élection, le président de la république Abdelmadjid Tebboune a dépêché, ce mardi 30 mai, Ahmed Attaf à New York, le chef de la diplomatie algérienne qui  devrait rencontrer le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterriez, et les  représentants de nombreux pays dans l’optique d’exposer la vision algérienne durant son mandat au sein du Conseil de sécurité.

En occupant pour la quatrième fois le statut de membre permanent du Conseil de sécurité, l’Algérie aura la possibilité de présider les travaux de ce dernier, comme le stipule le règlement intérieur du Conseil, la présidence est tournante et mensuelle, elle est assurée à tour de rôle par chacun des membres du Conseil dans l’ordre alphabétique des noms des pays.  L’Algérie avait été élue à ces sièges en 1968, 1988 et 2004 et avait assuré également la présidence tournante.

Ainsi, l’Algérie pèsera de tout son poids au sein de l’hémicycle onusien dans plusieurs dossiers d’actualité internationale et dans les dossiers en suspens dont ceux de la Palestine et le Sahara occidental.  Elle sera aussi le porte-voix de l’Afrique sur l’arène internationale et promouvoir son rôle au sein des organisations internationales  en militant, par la même, en faveur d’un siège permanent africain au sein du Conseil de sécurité.

Pour rappel, l’Algérie a lancé lors de la 77e session de l’assemblée générale de l’ONU, une vaste campagne auprès des membres de l’ONU afin de brasser le maximum de soutien pour accéder au restreint «club des 15», un travail titanesque qui a permis d’avoir le soutien de plusieurs pays membres ainsi que d’organisations telles que l’Union africaine, la Ligue arabe ainsi que de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Lors du 36e Sommet de l’Union africaine, le président de la République Abdelmadjid Tebboune, a insisté à la nécessité d’œuvrer pour un siège africain permanent au sein du Conseil de sécurité, affirmant que pour l’Algérie, la question de la réforme du Conseil de sécurité est impérative pour parvenir à un ordre mondial plus représentatif, plus juste et plus équilibré, notamment en cette conjoncture délicate marquée par une succession de crises et leurs retombées porteuses de prémices de nouveaux changements dans les rapports de forces sur la scène internationale.

Le Conseil de sécurité des Nations unies est l’organe exécutif de l’Organisation des Nations unies (ONU). Il est défini comme ayant « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale » selon la Charte des Nations unies et dispose pour cela de pouvoirs spécifiques tels que l’établissement de sanctions internationales et l’intervention militaire. Certaines décisions, appelées résolutions, du Conseil de sécurité ont force exécutoire et « les Membres de l’Organisation conviennent d’accepter et d’appliquer les décisions du Conseil de sécurité ».

Le Conseil de sécurité est composé de quinze membres : cinq permanents pourvus du droit de veto (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) et dix élus pour une durée de deux ans (renouvelés par moitié tous les ans).

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email