Conseil de la nation : L'organisation des Chambres du Parlement examinée – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Conseil de la nation : L’organisation des Chambres du Parlement examinée

Conseil de la nation : L’organisation des Chambres du Parlement examinée

La ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar, a présenté ce lundi devant les membres du Conseil de la nation le projet de loi organique modifiant et complétant la loi organique définissant l’organisation et le fonctionnement de l’Assemblée populaire nationale (APN) et du Conseil de la nation, ainsi que les relations fonctionnelles entre les Chambres du Parlement et le Gouvernement.

Dans son exposé, Mme Azouar a précisé que les amendements introduits visaient à « adapter les dispositions de cette loi organique aux exigences de la révision constitutionnelle au titre des réformes du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune ».

Ces amendements, notamment dans le volet du contrôle parlementaire, ont vocation à « permettre aux commissions permanentes des deux Chambres du Parlement, en totale coordination avec le Gouvernement, d’auditionner les membres du Gouvernement concernant toute question d’intérêt général, le Gouvernement étant, dans ce cadre, tenu de présenter les documents et informations nécessaires demandés par les membres du Parlement dans l’exercice de leurs missions de contrôle, à l’exception de ceux à caractère confidentiel ou stratégique », a ajouté la ministre.

De plus, le texte permet aux membres du Parlement d' »interroger le Gouvernement sur les questions nationales et sur l’application des lois, une première dans l’histoire des Constitutions algériennes », a-t-elle fait valoir.

Quant au volet législatif, la représentante du Gouvernement a affirmé que le texte « confère un caractère juridique à la procédure d’urgence à travers la création d’une nouvelle division déterminant les modalités d’examen et d’adoption des projets de loi selon cette procédure ».

A ce propos, Mme Azouar a indiqué que le texte « a initialement fixé un délai de 10 jours maximum pour l’adoption définitive des projets de loi à caractère spécifique ou prioritaire ».

Le texte de loi prévoit, par ailleurs, un « nouveau mode de vote des projets de loi par voie électronique » et « le parachèvement des procédures de convocation de la commission paritaire, en signalant immédiatement au Premier ministre ou au Chef du gouvernement, selon le cas, tout désaccord entre les deux chambres du Parlement sur les dispositions du texte de loi objet de désaccord, et ce, par le président de la chambre où il y a eu désaccord », selon la ministre.

Conformément au projet de loi, la durée de la session parlementaire ordinaire est fixée à 10 mois au maximum.

Les membres de l’Assemblée populaire nationale avaient adopté ce projet, début mars, après l’adoption de huit (8) amendements sur 36 par la commission spécialisée, notamment celui relatif à la proposition de réduction du délai de présentation d’un projet de loi ou d’une proposition de loi de dix (10) à six (6) mois.

           

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email