Conquérir le marché africain : L’ambition des entreprises algériennes  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Conquérir le marché africain : L’ambition des entreprises algériennes 

Conquérir le marché africain : L’ambition des entreprises algériennes 

Les entreprises algériennes veulent participer à la volonté des pouvoirs publics d’aller vers le marché africain. Récemment créées ou avec une longue présence sur le marché, ces entreprises de plusieurs secteurs d’activités ambitionnent de placer leurs produits ou de renforcer leur part de marché dans un marché africain prometteur. 

C’est dans cette vision que le Salon africain des affaires « SADA 2023 » se tient à Alger avec la participation de 80 exposants représentant différents secteurs d’activités ainsi que les représentants de plusieurs ambassades de pays africains. A l’unanimité, les exposants ont fait part de leur volonté de se diriger vers le marché africain, qui est très demandeur. 

Spécialisée dans la fabrication des lunettes optiques et solaires depuis 2019 dans la wilaya d’Oran, Acuitis voudrait exporter ses produits vers plusieurs pays africains car elle en a les capacités. Ikram Larbidane, directrice de l’entreprise, participe pour la deuxième fois au SADA. Elle affiche justement cette ambition. « Notre participation à la première édition du SADA était fructueuse pour nous. Nous avons noué des contacts et, maintenant, on voudrait aller vers l’export, surtout les marchés arabe et africain », a-t-elle précisé, mettant en avant la capacité et la maîtrise de production de l’entreprise. « Nous pouvons répondre à la demande et aux exigences de nos clients en nous adaptant aux différentes spécificités des marchés », a affirmé la représentante de Acuitis, qui dit avoir été contactée par les conseillers en économie de plusieurs ambassades de pays africains, et ce pour d’éventuels partenariats. « Ils vont nous mettre en contact avec les distributeurs et les entreprises intéressées par nos produits », a-t-elle souligné, affirmant que la majorité des pays africains importent leurs lunettes d’Europe et d’Asie. L’Algérie se présente donc comme un éventuel fournisseur de ces pays, à l’instar de l’Ethiopie, de l’Egypte, du Cameroun et du Nigeria. 

Néanmoins, des efforts devront être davantage déployés pour que l’Algérie exporte vers ces pays, notamment en termes de logistique, et ce par la mise en service de vols directs avec les pays devant, éventuellement, accueillir les produits algériens, selon les précisions de la représentante de l’entreprise spécialisée dans la fabrication des lunettes optiques et solaires. Elle a toutefois signalé certaines contraintes, notamment celles relatives à la taxe imposée à l’importation de la matière première, qui fait que le produit n’est pas autant compétitif en termes de prix. 

Les producteurs des produits cosmétiques envisagent aussi de se faire une place sur le marché africain. C’est le cas de Protellisse qui, à travers ses participations à des foires internationales, comme celle prévue ces prochains jours au Sénégal, fait connaître ses produits pour trouver de nouveaux clients qui expriment leur intérêt pour ces produits cosmétiques répondant aux normes internationales. Dans le secteur agroalimentaire, la SARL Nounours, déjà présente dans plusieurs marchés internationaux (France, Canada, Espagne, Libye), ambitionne de conquérir de nouveaux marchés, notamment dans le Continent africain compte tenu des opportunités qu’il offre.  

Dans le secteur de la construction, les opérateurs ont aussi les yeux rivés sur ce marché continental. L’EURL Souf Solution, spécialisée dans la fabrication de marbre et granite, qui s’est convertie d’importateur en fabricant, veut également exporter ses produits. La représentante de l’entreprise au SADA 2023 dit être en discussion avec certains pays, comme le Cameroun et l’Angola, pour d’éventuels partenariats. La nécessité de faciliter l’opération d’exportation a été tout de même soulignée par la représentante de l’entreprise. 

Plusieurs représentations diplomatiques de plusieurs pays africains, à l’instar du Sénégal, de Madagascar, du Mali et de l’Angola, qui est à l’honneur pour cette édition, ont aussi pris part à cette deuxième édition du Salon africain des affaires, qui prend fin ce mardi. « C’est une bonne initiative, l’objectif étant de rapprocher les investisseurs et les hommes d’affaires des pays africains et de présenter les avantages qu’offrent les différents pays », a indiqué le premier conseiller de l’ambassade de la République du Sénégal en Algérie, Mamadou Boye Ba, évoquant l’importance de bâtir un partenariat gagnant-gagnant.

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email