Congrès du mouvement El Bina : Bengrina appelle à un front intérieur uni – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Congrès du mouvement El Bina : Bengrina appelle à un front intérieur uni

Congrès du mouvement El Bina : Bengrina appelle à un front intérieur uni

Le mouvement El Bina a tenu ce samedi son deuxième congrès au CIC à Alger. Ce rendez-vous se tient sous le slogan : un monde nouveau, un citoyen acteur, un pays souverain, une société soudée.

Dans un discours à l’ouverture des travaux de ce congrès, le président du parti, Abdelkader Bengrina, a plaidé pour un front intérieur uni, afin de contrecarrer les menaces externes et les plans hostiles de certaines parties étrangères.

L’ancien candidat à la présidentielle de décembre 2019 a mis en exergue les défis qui attendent l’Algérie, notamment dans une conjoncture marquée par des dangers et des tensions de toutes sortes. Selon lui, le monde vit un bouleversement total dans toutes les régions et que cela va aboutir certainement à l’émergence d’un monde multipolaire et un environnement différent, d’où une perception nouvelle et originelle des périls futurs et des solutions.

Bengrina a indiqué, dans ce sens, que celui qui s’attaque aux institutions républicaines de l’Etat algérien est un « traitre ». « Que celui qui s’attaque ou déforme ces institutions ou la présidence de la république, est un traitre, et que celui qui détruit le tissu social de l’Algérie est également un traitre et un félon », a souligné Bengrina.

Le président du parti a estimé que la situation actuelle dans le monde nous oblige à nous coopérer, et à être solidaire, afin de créer un front interne solide et ferme.

Il dira qu’il est « de notre devoir de se faire comprendre, de faire des concessions pour avoir des institutions homogènes », appelant les Algériens à « partager le fardeau et les charges qui pèsent sur le pays, afin de bâtir l’Algérie nouvelle ».

Bengrina a souligné également dans ce discours, qu’il est de notre « devoir d’être au côté du peuple algérien, afin de demeurer souverain dans nos décisions et de soutenir les actions de notre diplomatie ».

Le chef du mouvement El Bina a estimé enfin que les partis politiques doivent être au-devant de la scène et au premier plan pour défendre l’Etat et ses institutions et qu’elle œuvre pour les intérêts des citoyens algériens.

Pour rappel, Bengrina est l’unique candidat à sa propre succession. Pourtant, il avait publiquement signifié sa volonté de rentrer chez lui, lors d’un meeting à El Oued, où il avait  laissé entendre qu’il allait quitter la présidence du parti.  « Le congrès est une  étape pour le changement des personnes et des textes (statuts et règlement intérieur) y compris les postes de président du parti et celui de son Conseil consultatif» avait-il déclaré devant les cadres et des militants du parti. Et d’exprimer «son souhait de pouvoir se reposer», estimant qu’»il existe des cadres plus compétents pour assumer la responsabilité».

Lors des élections législatives anticipées du 12 juin 2021, le mouvement Bina a réussi à arracher pas moins de 39 sièges à la chambre basse du parlement, se classant à la sixième place derrière le FLN (98 sièges), les indépendants (84 sièges), le MSP (65 sièges), le RND (58 sièges) et le Front El Moustakbal (48 sièges) 

Des résultats que le mouvement réitérera lors des élections locales anticipées de novembre de la même année arrachant  la cinquième place au niveau des APC (assemblées populaires communales) avec 1 848 sièges et 17 APC à majorité absolue et  la cinquième place au niveau des APW (assemblées populaires de wilaya) avec 230 sièges.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email