-- -- -- / -- -- --
Nationale

Congrès du FLN: Saâdani mise sur le découpage organique

Congrès du FLN: Saâdani mise sur le découpage organique

Avec le nouvel organigramme organique créé par le SG du FLN, Saâdani a voulu échapper à deux périls : celui de la base traditionnelle des militants au niveau des kasmas, les fameux bureaux locaux du parti, qui n’en finissent pas avec leur grogne et leurs colères, et ensuite celui des anciennes têtes
ou membres qui gèrent dans le noir les mouhafadhas ou bureaux de wilaya.

Tout le monde sait que la composante humaine de ces deux structures échappe à Saâdani, et est autonome, libre et généralement nommée depuis une décennie, soit au temps de Benflis, soit avec la venue de Belkhadem.
Les responsables locaux et régionaux sont devenus de vrais capitaines, qui imposent leurs vues, leurs visions, maintiennent des réseaux de clientélisme ou des liens de solidarité tribale ou clanique.

Ce sont eux qui tissent les listes des candidats aux APC et autres APW. Ce sont eux qui tranchent pour les P/APC et font du lobbying pour désigner leurs sénateurs lors du renouvellement, faisant fi des recommandations et autres instructions de leur direction nationale.

Ce sont encore ces capitaines qui désignent leurs représentants lors des congrès du parti, et ce sont eux qui imposent les noms au niveau du comité central. Généralement, le bureau politique fait mine de décider et de désigner, mais en fait, il ne fait qu’accepter un fait accompli, selon des « partages énigmatiques » et des calculs d’équilibres.

L’idéologie et les textes fondamentaux du FLN n’ont aucune prise, aucune influence dans ce genre de débats organiques. D’ailleurs, l’ancien SG Belkhadem a mis des mois et des années pour choisir ses hommes dans cette mouvance rebelle et incontrôlable.

Il lui a fallu ruser et user de ses prérogatives pour mettre un bon quota de ses fidèles éléments au sein du comité central. On appelait ça, dans le jargon du parti, le tiers bloquant ou le cheval de Troie. C’est la seule arme que détient un SG, qui pourrait bien s’avérer inutile et inefficace. N’a-t-on pas mis en minorité Belkhadem lors de la session du CC, alors qu’il pensait qu’il allait arracher un cautionnement ?

C’est cette « faille »organique que Saâdani veut éviter à tout prix, et qui explique la trouvaille du nouveau découpage qu’il est en train d’imposer sur le terrain, confiant la mission à son responsable de l’organique, Mustapha Mazouzi. Partout, c’est le démembrement : trois mouhafadhas à Batna (pour satisfaire trois tribus), à Oran, Constantine, Djelfa et ailleurs, deux autres dans d’autres wilayas.

De nouvelles structures qui se créent avec des bureaux ou assemblées de quinze personnes avec un chef et des assistants, loin de toute transparence, puisque les militants de base ne sont nullement sollicités pour choisir ou voter.
La démocratie locale et interne au parti n’est qu’un rêve, une illusion.

De tradition, la désignation est la pratique traditionnelle chez le FLN, une désignation qui se fait selon des critères et des CV qui n’ont rien à voir avec les crédos des militants. Saâdani ne déroge point à la règle. Il joue sa survie, puisque le prochain congrès sera fait par ses mêmes personnes qui sont actuellement installées par Mazouzi.
C’est d’ailleurs à cause de ses « dérapages organiques » que des contestations sont signalées un peu partout.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email