Conférence internationale à Alger sur la barbarie sioniste à Gaza : Poursuivre Israël pour crimes contre l’humanité – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Conférence internationale à Alger sur la barbarie sioniste à Gaza : Poursuivre Israël pour crimes contre l’humanité

Conférence internationale à Alger sur la barbarie sioniste à Gaza : Poursuivre Israël pour crimes contre l’humanité
Justice pour le peuple Palestinien.

Une Conférence internationale est organisée ce mercredi et jeudi à Alger dans l’objectif d’examiner les voies et moyens, ainsi que la préparation des preuves permettant d’engager des poursuites devant la Cour pénale internationale (CPI) contre les responsables politiques et militaires israéliens pour crimes de guerre et contre l’humanité à Gaza.

Placée sous le thème « Justice pour le peuple Palestinien », cette réunion internationale regroupe des magistrats, des avocats et des experts en droit international de plusieurs pays. Une délégation présidée par l’avocat français Gilles Devers, représentant le collectif d’avocats internationaux qui avait déposé plainte contre l’Etat sioniste le 9 novembre, prend part également à cette rencontre.

Contacté par le Jeune Indépendant, l’avocat et Secrétaire général de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) Abderrahmane Salah, a indiqué que cette initiative permettra aux participants d’approfondir la réflexion sur la voie à suivre pour faire aboutir la démarche et condamner, ainsi, l’entité sioniste pour les dizaines de milliers de civils palestiniennes tués depuis le 7 octobre dernier.

Me Salah a estimé que cette rencontre est une occasion pour tenter de rassembler les efforts éparpillés afin de défendre la cause palestinienne et surtout la dignité humaine et celle de Gaza, précisant que quatre ateliers seront organisés lors de cette conférence.

Le premier atelier est consacré, selon la même source, au « suivi et à la documentation des crimes de l’entité sioniste contre les civils palestiniens », en collaboration avec la partie palestinienne. Le deuxième atelier se penchera sur l’étude « des procédures permettant de poursuivre Israël devant la Cour pénale internationale». Le troisième est dédié à «poursuivre Israël pour ses violations du droit international devant les instances internationales», alors que le quatrième atelier est consacré à « poursuivre les chefs de l’entité sioniste devant les tribunaux nationaux », a-t-il fait savoir, expliquant qu’il y a des pays qui acceptent de lancer des poursuites judiciaires contre des individus inculpés de crimes de guerre ou contre l’humanité.

Le spécialiste a notamment signalé que les plaintes contre Israël et ses chefs politiques et militaires seront déposées devant 34 juridictions différentes au niveau international.

Par ailleurs, les premières délégations des pays participant à cette rencontre internationale ont commencé à affluer à Alger depuis le début de la semaine. Les premiers arrivés sont des juristes et des experts en droit international représentants la Palestine, le Liban et la Jordanie, qui se montrent confiants quant à l’issue de la future démarche.

Dans un point de presse animé au niveau de l’aéroport international d’Alger, les invités de l’Algérie ont insisté sur « la nécessité d’engager la bataille judiciaire contre l’entité sioniste qui doit rendre des comptes pour les crimes commis à Gaza».

«Ce qui se passe à Gaza nous concerne tous. La conférence d’Alger est une conférence juridique pour poursuivre l’entité sioniste devant les tribunaux internationaux. Il s’agit de la première initiative au niveau régional. Elle vise à réunir les experts pour engager la bataille juridique contre l’occupant devant la CPI », a affirmé Mohamed Salim, juriste jordanien.

Pour sa part, Bessam Djamel, juriste libanais et secrétaire général adjoint de l’Union arabe des avocats, a expliqué que l’objectif de la rencontre est « de mettre à nu » Israël en la traînant devant les juridictions internationales. «Nous avons tous les documents prouvant que l’Etat sioniste a commis des crimes de guerre à Gaza », a-t-il soutenu.

Intervenant par la même occasion, Nacer Rais, juriste palestinien, conseiller du ministre palestinien de la Justice, a estimé qu’il faut actionner le rôle de la loi afin de poursuivre les politiques et militaires israéliens pour crimes de guerre.

« C’est le premier pas pour mettre en place une feuille de route afin de poursuivre l’occupant devant la CPI. Il est temps de demander des comptes à l’entité sioniste. Il y a plusieurs initiatives en Amérique latine, en Europe et dans des pays musulmans. Nous allons tenter de rassembler les efforts », a-t-il assuré.

Il convient de noter que plusieurs pays ont lancé des actions en justice devant la Cour pénale internationale afin de contraindre l’agression d’Israël dans la bande de Gaza. L’Afrique du Sud, le Bangladesh, la Bolivie, l’Union des Comores et Djibouti ont saisi le bureau du procureur le 17 novembre courant pour qu’il enquête sur les crimes commis en Palestine occupée, notamment dans la bande de Gaza.

L’Algérie est l’un des premiers pays à avoir annoncé son intention de porter plainte contre Israël. Le président de la République Abdelmadjid Tebboune avait appelé le 6 novembre, à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire, « tous les hommes libres du monde et les juristes du monde arabe » à engager des actions « efficaces » devant la Cour pénale internationale (CPI) contre Israël.

La sale guerre menée par les israéliens contre les civils à Gaza a coûté la vie à près de 15.000 personnes, dont 6150 enfants et plus de 4000 femmes.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email