-- -- -- / -- -- --
Monde

Conférence générale de l’AIEA: l’Afrique à l’honneur

Conférence générale de l’AIEA: l’Afrique à l’honneur

La présidence de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) reviendra cette année à l’Afrique avec l’ouverture, lundi à Vienne, des travaux de cette rencontre qui se poursuivront jusqu’au 25 septembre.

La réunion cette année de l’organe directeur de l’AIEA, qui se tient dans un contexte particulier marqué par la pandémie du Covid-19, alternera à la fois le format présentiel forcément limité, et le live-streaming.

Selon les organisateurs, l’ordre du jour de cette session se décline en plusieurs axes, dont la sûreté nucléaire et radiologique et les moyens de renforcer les activités de l’AIEA dans les domaines de la science, de la technologie et des applications nucléaires, ainsi que l’application des garanties de l’AIEA au Moyen-Orient et en République populaire démocratique de Corée.

Les délégués examineront le rapport sur la coopération technique, le rapport annuel et les états financiers de l’AIEA pour 2019, ainsi que la mise à jour du budget de l’Agence pour 2021.

Pendant cette session de la Conférence générale, 39 manifestations parallèles se tiendront en ligne et une partie d’entre elles seront également accessibles au public.

Destinées à mettre en relief les travaux menés à l’AIEA et dans les Etats membres au moyen de techniques nucléaires, ces rencontres prévoient notamment des focus sur les applications possibles des approches reposant sur l’intelligence artificielle en science nucléaire, la contribution de la médecine nucléaire au traitement du cancer par radiothérapie, et la protection des ressources en eau dans le monde contre la surexploitation et la contamination.

Outre un panel de haut niveau sur le « rôle de la technologie nucléaire dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus en Afrique », qui sera coprésidé par l’Ambassade du Maroc à Vienne et l’AIEA, cette session prévoit également un forum scientifique de deux jours sur « l’électronucléaire et la transition vers une énergie propre ».

Ce forum examinera, entre autres, l’apport de l’énergie nucléaire aux efforts visant à juguler l’impact des changements climatiques, les particularités des réacteurs innovants et les méthodes de construction, la façon dont l’électronucléaire peut contribuer à la décarbonisation profonde, la gestion, l’entreposage et le stockage définitif du combustible nucléaire usé, et les principaux obstacles entravant le recours accru à l’énergie nucléaire dans la transition mondiale vers une énergie propre.

Cette session sera aussi l’occasion de présenter une nouvelle initiative visant à renforcer l’efficacité des systèmes nationaux de comptabilité et de contrôle des matières nucléaires (SNCC).

A l’occasion du 20ème anniversaire du Projet international sur les réacteurs nucléaires et les cycles du combustible nucléaire innovants (INPRO), une manifestation parallèle présentera les activités menées par l’INPRO, ainsi que les outils mis au point concernant tous les aspects importants pour la durabilité de l’énergie nucléaire, en l’occurrence l’économie, la sûreté, la sécurité, l’impact environnemental, et la non-prolifération. Cette rencontre permettra également à l’INPRO d’exposer sa perspective sur l’évolution des besoins et des technologies énergétiques au XXIe siècle.

Cette session sera également marquée par une cérémonie de présentation des traités visant à promouvoir l’adhésion aux traités multilatéraux et à donner aux représentants des Etats membres l’occasion de déposer leurs instruments de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email