-- -- -- / -- -- --
Culture

Concert de musique : L’enchantement avec Ledda

Concert de musique : L’enchantement avec Ledda

Lors de son concert Amaius à Alger, dans la soirée de ce mardi 21 novembre à Ibn Khaldoun, la chanteuse italienne Elena Ledda a offert un ensemble de chants traditionnels de l’île de Sardaigne, dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de la cuisine italienne dans le monde.

Aux rythmes de mélodies méditerranéennes, le spectacle Amaius (enchantement) s’est déroulé telle une fresque inhérente aux traditions de la Sardaigne, cette île qui est à la croisée des cultures sud européenne et nord africaine.

Accompagnée de Mauro Palmas au mandole et au liuto cantabile (petit luth), Marcello Peghin à la guitare, Silvano Lobina à la guitare basse et de la vocaliste Simonetta Soro, la chanteuse évoque l’amour de la patrie dans différentes situations de la vie, elle restitue une existence « paisible et heureuse » de l’Italien attaché depuis son jeune âge à sa terre natale et aux coutumes ancestrales, dans une quinzaine de titres imprégnés d’introductions dans l’esprit istikhbar et de rythmes ternaires similaires au berouali algérien.

Par sa voix puissante et éclectique, elle offre un répertoire de chants aux musiques originales influencées par des sonorités de jazz et méditerranéennes, alternées à des cadences parfois mélancoliques, parfois amères, parfois douces et vitales.

Soutenue par une orchestration de cordes de haute qualité, elle a rendu les pièces Gobbula, Anninnia, Soliana, Cantu a Dillu, Lillus de Maiu, Ballo Brincu, Akam, Su Patriortu Sardo (Ballo), Torrandi, Sceti Tui, Arrosariu e Mortu Est, Gioga Gioga, Muttos Pesa su Bally et I’l Colore del Maestra (instrumental), dans un voyage poétique et lyrique.

Et avec le mandoliniste virtuose Mauro Palmas, soutenant les solos qu’il interprète par une maîtrise du jeu rythmique sur des mesures ternaires aux cadences irrégulières, l’accompagnement harmonique est très riche, avec les accords respectifs à chaque passage mélodique, joués simultanément dans le mouvement de la percussion et en arpèges.

Elena Ledda met en scène, dans son travail partagé avec les membres de son groupe en matière d’arrangements et d’écriture musicale, des thèmes comme la marginalisation, l’immigration, la vie sociale, la question des femmes, de la solitude des plus faibles, les relations interpersonnelles.

Des thèmes traités et écrits en langue sarde par Maria Gabriela Ledda auxquels elle donne un cachet contemporain. Les textes de cette dernière reflètent l’amour de l’artiste pour sa terre. La chanteuse raconte alors, non sans passion et intensité, des histoires de femmes et d’hommes dans leur vie quotidienne, leurs rêves et leurs désirs dans leur réalité.

Elle met en valeur les possibilités infinies d’expression de la langue sarde, dans un registre où la nouvelle musique sarde est également combinée au tango et aux mélodies andines et dotés de séquences de jazz. Telle une cantatrice, Elena Ledda est devenue la première protagoniste du chant de la terre sarde et italienne. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email