Compositions du 1er trimestre à Blida : Des révisions à 400 DA les deux heures – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Compositions du 1er trimestre à Blida : Des révisions à 400 DA les deux heures

Après les cours de soutien, voilà une autre méthode pour gagner plus d’argent pour les enseignants. En cette période de fin du 1er trimestre, tous les élèves des trois paliers confondus, primaire, CEM et lycée, sont en pleine période des compositions depuis dimanche dernier.

C’est une occasion inouïe pour la plupart des professeurs de se faire un gain facile en dinars, et ce en proposant à leurs élèves des révisions la veille de la composition pour les préparer à cette évaluation. « Je n’ai rien compris, lorsque ma fille, élève en 1re AS, m’a demandé 400 DA pour payer les deux heures de révision avec son professeur de lycée à la veille de la composition », s’est étonné un père qui attendait sa fille à la sortie d’une école privée.

Pourquoi ces professeurs ne font pas de révisions à leurs élèves en classe ? Pourquoi demandent-ils à leurs élèves de venir réviser ailleurs en payant 400 DA les deux heures ? Des questions que presque tous les parents se posent. Pour Réda, père d’une fille en 1re AS, « à la veille de chaque composition, j’envoie ma fille réviser. Elle a déjà fait les maths, aujourd’hui, c’est la langue arabe, ensuite ce sera les sciences et la physique. Ainsi, elle aura plus de chances d’avoir une bonne note ». Le Jeune Indépendant s’est rapproché d’un jeune professeur de physique afin d’en savoir plus sur ce phénomène. 

« Ce n’est pas nouveau comme phénomène. Avant peut-être, c’était minime, mais aujourd’hui, il s’est propagé au primaire, au collège et au lycée, de la 1re année primaire à la 3e année secondaire. Comment on fait ? On loue des classes à 200 DA pour deux heures. Donc, on propose à nos élèves une révision à 400 DA. Voyez par vous-même, la classe est presque comble, la majorité sont mes élèves au lycée », a-t-il déclaré.

 Cependant, une partie des parents est tout à fait opposée à cette pratique car elle est supposée frauduleuse dans la mesure où ces révisions sont dispensées en dehors du cadre pédagogique. « Alors où vont les élèves des familles démunies ? », a alerté un chef de famille ayant trois enfants au lycée et gagnant 32 000 DA par mois.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email