-- -- -- / -- -- --
Nationale

Complexe d’El Hadjar : La production d’acier liquide toujours à l’arrêt

Complexe d’El Hadjar : La production d’acier liquide toujours à l’arrêt

Chaque semaine qui passe on ne cesse de parler de la prochaine mise à feu du haut fourneau N°2. Mais à chaque fois rien de cela. Quinze mois n’ont pas suffi pour faire aboutir l’opération de réfection et de modernisation du haut fourneau du complexe sidérurgique d’El Hadjar.

Il faudra encore attendre pour espérer la reprise de la production d’acier liquide, dans la perspective de faire fonctionner les installations en amont et en aval du haut fourneau.

Il va sans dire que la situation que connaît aujourd’hui le complexe sidérurgique d’El Hadjar s’est répercutée négativement sur le moral des travailleurs, contraints au chômage technique.

L’attente de la fin des travaux de réfection du haut fourneau a provoqué le stress chez la plupart des sidérurgistes, même si une source officielle du groupe industriel Imetal avance que les essais techniques de la coulée de fonte au haut fourneau est pour bientôt.

Mais personne n’est en mesure aujourd’hui de fixer avec précision la reprise de la production d’acier liquide avec le redémarrage du haut fourneau pour faire fonctionner les deux aciéries à oxygène et les laminoirs à chaud, à froid, à fil rond et rond à béton. Les travailleurs sont dans l’attente de voir le haut fourneau, qui représente le cœur du métier du complexe d’El Hadjar, remis en activité.

Il faut dire que l’expérience acquise depuis la naissance de la sidérurgie algérienne, avec l’inauguration en 1969 du premier haut fourneau du complexe d’El Hadjar, n’a pas été mise à profit pour aider à la réhabilitation aujourd’hui, du second haut fourneau.

Sa capitalisation, qui aurait pu rendre un grand service dans le domaine de la maintenance des équipements industriels stratégiques, n’a pas eu lieu, à l’instar des tentatives d’innovation enregistrées au complexe sidérurgique d’El Hadjar et à l’entreprise Ferrovial, ex-SN Métal.

D’anciens sidérurgistes regrettent aujourd’hui la situation catastrophique qui caractérise le complexe d’El Hadjar qui ressemble, selon certains d’entre eux, à un fantôme avec la mise hors service définitive depuis des années, d’installations industrielles stratégiques, à l’exemple de la ligne de production de fer blanc, la deuxième dans le continent africain après celle de l’Afrique du Sud.

Si des sources officielles du groupe Imetal annoncent que des essais techniques en vue du redémarrage du haut fourneau auront lieu bientôt, nul ne peut, par contre, avancer une date précise pour la mise à feu définitive de cette installation névralgique. pour rappel, l’Etat a débloqué une enveloppe de 1,3 milliard de dollars dans le plan de modernisation du complexe sidérurgique d’El Hadjar, avec pour objectif de porter ses capacités de production à 2,2 millions de tonnes par an.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email