-- -- -- / -- -- --
Culture

Commémoration des manifestations du 11 décembre 1960 : Le devoir de mémoire

Commémoration des manifestations du 11 décembre 1960 : Le devoir de mémoire

L’Organisation pour la continuité des générations, une institution qui organise des rencontres à l’occasion des journées nationales, a mis à profit la commémoration des manifestations du 11 décembre 1960 pour faire une journée d’étude, en son siège à Hussein Dey, avec pour thème la révolution du 1er novembre 1954.

Cette journée a été animée par les conférences d’un panel d’écrivains, d’historiens, d’universitaires et d’anciens moudjahidine.

Le président de l’organisation, Djillali Belghalim, après l’écoute de l’hymne national et une minute de silence à la mémoire des martyrs de la Révolution, a salué la nombreuse assistance et a rappelé l’enjeu de la mémoire et de l’unité nationale dans la construction de l’unité algérienne.

Parmi les orateurs qui ont pris la parole, le professeur Affif de Mostaganem a relaté la crise survenue à l’époque au MTLD. Arezki Basta, ancien responsable de l’OS, a évoqué des passages de ses livres écrits sur la Révolution.

Le professeur Touaguine de Mascara a retracé le combat de Messali Hadj et les évènements de Ksar Challala qui ont éveillé la conscience du peuple algérien pour la Révolution. Moutasser, journaliste et chercheur en histoire a brossé un tableau du long parcours de résistant et de nationaliste de Messali Hadj ayant abouti à l’étincelle du déclenchement de la lutte armée du 1er novembre 1954. Des témoignages de moudjahiddine ont été entendus sur les durs combats menés durant la guerre de libération nationale.

Ali Agouni, président du Parti du peuple algérien et ancien compagnon de Messali Hadj, a pris la parole pour relater des moments clés de la révolution algérienne avec la création de l’Etoile nord-africaine puis du MTLD et de l’OS, en disant que c’est Messali Hadj qui a été l’étincelle de la Révolution.

En effet, c’est à l’OS que fut donnée toute la priorité de préparer un climat d’insécurité qui devait aboutir à la lutte des partisans. Messali Hadj a salué le déclenchement de la lutte armée dès le 3 novembre 1954 en déclarant dans un communiqué adressé au peuple algérien et à tous les militants : « La Révolution el-moubaraka est là, il faut La soutenir, il faut y adhérer, il faut l’aider pour qu’elle réussisse sans poser la question de qui a donné l’ordre ».

Messali Hadj a toujours été loyal et respectueux envers le déroulement de la révolution armée contre le colonialisme.
Ainsi, pendant la période des négociations d’Evian, le général De Gaulle a envoyé son ministre Bernard Tricot chez Messali Hadj pour lui demander de constituer une délégation du Mouvement national algérien en vue de négocier avec les membres du Front de libération nationale. Messali Hadj a décelé la volonté du général De Gaulle de diviser la nation algérienne.

Il a dit à Bernard Tricot : « Vous êtes en train de négocier avec le FLN et il faut continuer avec lui. » Je les connais et je suis sûr qu’ils défendront les intérêts de l’Algérie. Quant à moi, Messali Hadj et le MNA, je refuse de participer aux négociations pour le bien et l’intérêt du peuple algérien’’.

Par ailleurs Ali Agouni a fait part de la ferme volonté de Messali Hadj de prôner l’union et la cohésion nationale en lançant un vibrant appel à l’arrêt de l’effusion de sang entre Algériens, ce qui fut fait le premier septembre 1957.

Il a appelé tous les patriotes à s’unir et à cesser les luttes fratricides en vue de regrouper toutes les forces, luttant ensemble pour la réussite de la Révolution et pour arracher notre indépendance.

Au cours de cette journée d’étude organisée à l’occasion de la commémoration des manifestations du 11 décembre 1960, où le peuple algérien a dit non à l’Algérie française, Ali Agouni a lancé un appel à la réconciliation nationale : « Il faut avoir un regard dépassionné, un regard apaisé sur cette période marquée par des luttes fratricides.

Toutes les révolutions ont connu leurs erreurs. » Il appelle le président de la République à accorder l’agrément au PPA et les droits à tous les moudjahidine du MNA qui étaient restés fidèles à Messali Hadj.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email