-- -- -- / -- -- --
Monde

Combien de vies seraient anéanties par l’arsenal nucléaire nord-coréen?

Combien de vies seraient  anéanties par l’arsenal nucléaire nord-coréen?

Un flash blanc aveuglant, un nuage gigantesque en forme de champignon au-dessus des gratte-ciels et deux millions de morts : telles seraient les conséquences d’une frappe nucléaire de la Corée du Nord contre Tokyo et Séoul selon le chercheur américain Michael Zagurek de l’Institut des USA et de la Corée affilié à l’université John Hopkins.

L’expert se base sur des facteurs tels que le nombre d’ogives et de vecteurs dans les arsenaux de Pyongyang, la densité de la population dans les villes-cibles potentielles et leur situation géographique.

Michael Zagurek conclut que toute tentative des USA de régler ses différends par la voie militaire serait une décision catastrophique aux conséquences fatales pour la région et très lourdes pour le monde entier.

Comment pourrait évoluer la situation après le point de non-retour ? L’expert a calculé que depuis 2011, la Corée du Nord a effectué 98 lancements d’essai de missiles. Avec le temps, ils sont devenus plus sophistiqués, fiables et de plus grande portée. Le programme a culminé avec les deux lancements d’essai de missiles intercontinentaux les 4 et 28 juillet 2017.

« D’après la communauté d’experts, l’arsenal nord-coréen compte actuellement jusqu’à 25 ogives nucléaires d’une puissance de 15 à 25 kt, affirme Michael Zagurek. Mais le 3 septembre, Pyongyang a testé une bombe thermonucléaire d’une puissance estimée à 108-250 kt — et on ignore combien d’ogives de ce type pourraient être à disposition de la Corée du Nord.

C’est pourquoi, dans mes prévisions, je pars du principe qu’en cas d’aggravation de la situation sur la péninsule coréenne Pyongyang pourrait utiliser 25 unités d’armement nucléaire avec des ogives de 15 à 250 kt réglées pour exploser à l’altitude optimale. » La phase chaude du conflit pourrait commencer après l’un des prochains essais nucléaires de la Corée du Nord.

Selon le chercheur, pour tester la puissance destructrice de sa nouvelle arme Pyongyang pourrait procéder à un essai aérien ou sous-marin et couvrir cet événement à la télévision nationale. Il est évident que ces images en direct susciteraient une réaction nerveuse non seulement aux USA, mais également dans d’autres pays du club nucléaire qui ont renoncé à ces essais il y a des dizaines d’années.

Le deuxième scénario d’escalade envisageable serait le lancement d’essai d’un nouveau missile intercontinental nord-coréen dont les étages tomberaient trop près de l’île de Guam où se situent des bases militaires américaines. Dans ce cas, selon Michael Zagurek, les USA seraient intransigeants. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email