Combats militaires entre l’armée et les FSR au Soudan: Une escalade dangereuse – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Combats militaires entre l’armée et les FSR au Soudan: Une escalade dangereuse

Combats militaires entre l’armée et les FSR au Soudan: Une escalade dangereuse

Le Soudan est à la croisée des chemins. Après l’échec du dialogue politique, des combats ont éclaté samedi à Khartoum et dans d’autres localités du pays entre l’armée fidèle au président du Conseil de souveraineté, le général Abdelfattah Al-Borhane, et le chef des Forces de soutien rapide (FSR), Mohamed Hamdane Diglo dit Hamedti.

A la mi-journée de dimanche 16 avril au moins 56 personnes ont été tués parmi les civils. Les contradictions entre les deux hommes sont remontées à la surface provoquant ainsi le clash entre deux forces militaires et qui risque de plonger le Soudan dans le chaos. L’Algérie, présidente en exercice de l’actuelle session du Conseil de la Ligue arabe a appelé les protagonistes à la retenu et à faire prévaloir l’intérêt de la Nation soudanaise au-delà de toute considération. La Ligue arabe et le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ont tenu des réunions d’urgence dimanche.

Des combats opposaient hier pour la deuxième journée consécutive l’armée soudanaise à une puissante force paramilitaire, les Forces de soutien rapide, sur fond de lutte de pouvoir entre les deux généraux aux commandes du pays depuis le putsch de 2021, faisant au moins 56 morts parmi les civils en 24 heures. En outre, des « dizaines » de combattants ont été fauchés par les balles, roquettes et autres projectiles tirés depuis des chars ou des avions depuis samedi matin, rapporte un réseau de médecins, qui recense plus de 600 blessés.

Le conflit couvait depuis des semaines, empêchant tout règlement politique dans un pays qui tente depuis la révolte populaire qui renversa l’ancien président Omar Al-Bachir en 2019 d’organiser ses premières élections libres après 30 ans de pouvoir autoritaire. Lors du putsch ayant mis fin en octobre 2021 à la transition démocratique, le chef de l’armée Abdelfattah Al-Borhane et le patron des FSR, Mohamed Hamdane Hamedti, étaient apparus ensemble, faisant front commun pour évincer les civils du pouvoir. Mais la rivalité entre les deux généraux, latente depuis des semaines, a explosé samedi à Khartoum.

Hier, l’armée est passée à un niveau supérieur en annonçant sur son compte Facebook que « l’armée de l’air va mener des opérations pour en finir avec les milices rebelles du Soutien rapide, les civils doivent rester chez eux ».
A Kassala, dans l’est du pays, des témoins ont également fait état de tirs d’artillerie. Impossible en l’état de savoir quelle force tient quoi. Les FSR ont annoncé avoir pris l’aéroport en quelques heures samedi mais l’armée a démenti. Les FSR ont également dit tenir le palais présidentiel.

L’armée a démenti et assure surtout tenir le QG de son état-major, l’un des principaux complexes du pouvoir à Khartoum. Quant à la télévision, les deux parties assurent aussi l’avoir prise. Aux alentours, des habitants font état de combats continus alors qu’à l’antenne – comme lors du putsch – seuls des chants patriotiques sont diffusés sans aucun commentaire.

La communauté internationale multiplie les appels au cessez-le-feu. Alger, Pékin et Moscou ont appelé à la cessation des hostilités. Les Etats-Unis se sont concertés avec l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. L’Egypte est dans l’expectative d’autant plus qu’une vidéo de soldats égyptiens prisonniers entre les mains des FSR circule. La Ligue arabe et l’Union africaine, se sont réunis en urgence.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé avoir suspendu son aide au Soudan après la mort de trois humanitaires au Darfour, victimes des combats qui opposent l’armée aux FSR. Ce fait confirme l’extrême volatilité de la situation au Soudan, d’autant que la crise actuelle renseigne sur les implications de parties étrangères dans les combats par acteurs interposés. Seul le peuple soudanais est la grande victime d’un jeu de pouvoir qui dépasse les frontières du pays.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email