Colloque sur les effets des explosions et des armes nucléaires : Une menace pour la paix et la sécurité internationales – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Colloque sur les effets des explosions et des armes nucléaires : Une menace pour la paix et la sécurité internationales

Colloque sur les effets des explosions et des armes nucléaires : Une menace pour la paix et la sécurité internationales

Un colloque historique et scientifique intitulé « l’impact de la technologie nucléaire sur la sécurité et l’équilibre international », a été organisé, ce samedi, à Alger, au Musée national du moudjahid, sous le parrainage du ministère des Moudjahidine et des Ayants-droit, dans le cadre de la célébration de la journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

A cette occasion, le professeur chercheur, Amer Mansouri, a évoqué les effets des explosions et des armes nucléaires sur la sécurité et la paix internationales, en citant les exemples de « Hiroshima » et « Nagasaki » (Japon), ayant fait 140.000 morts à Hiroshima et 74.000 à Nagasaki.

Il a expliqué, dans ce sens, que le danger de ces explosions réside dans la chaleur atteignant 4000 degrés, du choc de l’explosion, s’ensuivent les risques de radiation.

Le nombre total d’explosions nucléaires à l’échelle mondiale s’élève à 2422 explosions, dont 543 explosions aériennes et 1879 explosions souterraines, dont 60 explosions et essais réalisés par la France en Algérie pendant la période coloniale. Ces explosions ont été menées par 10 pays sur 100 sites et ont eu lieu dans 21 pays.

En raison de l’ampleur des catastrophes causées par ces essais, Mansouri a soutenu que la France était consciente des dangers des explosions nucléaires lorsqu’elle les a réalisées dans le désert algérien. Pour limiter ces dangers, il y a eu la signature du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 1968, la proclamation de la journée internationale contre les essais nucléaires célébrée le 29 août de chaque année, puis le traité d’interdiction totale des essais nucléaires en 1996. 

Il s’agit également du traité d’interdiction des armes nucléaires du 7 juillet 2017 après 20 ans de négociations, entré en vigueur en juin 2021.

Pour sa part, l’enseignante en relations internationales, Nadjoua Aber, a présenté un exposé sous le thème « armes nucléaires entre idéalisme des chartes internationales et réalité sécuritaire » à la lumière de la recrudescence de l’arsenal nucléaire en dépit de l’ambiguïté qui l’entoure, étant donné qu’il s’agit d’essais secrets utilisés comme arme de persécution.

Cela s’explique, selon l’intervenante, par la nature des relations internationales et la contradiction entre le principe de souveraineté et les engagements prévus dans les conventions, en sus de la difficulté de dissocier les programmes nucléaires civils des programmes militaires et de contrôler les produits à double usage. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email