-- -- -- / -- -- --
Culture

Colloque Kateb Yacine: L’auteur exilé

Colloque Kateb Yacine: L’auteur exilé

Ouvert samedi 21 mars à Guelma, le sixième colloque international sur la vie et l’œuvre de l’écrivain et dramaturge Kateb Yacine sera marqué par de nouvelles approches d’étude méthodologique de cet auteur, axées sur « l’arabité de l’écriture katébienne » et par conséquent sur « ce que doit le français de Kateb Yacine à l’arabe parlé en Algérie ».

L’une des premières interventions de ce colloque international de quatre jours, organisé à la salle du Théâtre régional Mahmoud-Triki de Guelma, a porté sur « les interactions culturelles et esthétiques chez Kateb Yacine » pour montrer le lien profond de la production textuelle katébienne avec la langue arabe savante et parlée.

Le Dr Mansour Mehenni de Tunisie a intitulé sa communication « Yacine, écrivain arabe », il a considéré qu’il était « temps de rendre à Kateb Yacine la place légitime qui lui revient dans le champ culturel et l’imaginaire algérien et arabe ».

Il a également affirmé que Kateb Yacine est « diabolisé » du point de vue arabe, donnant lieu à une remise en cause des ses rapports au nationalisme et à l’islam, le rangeant sous l’étiquette de « communiste athée ». Il s’en est suivi, selon le Dr Mehenni, des amalgames méthodologiques portant sur les registres de la civilisation, la modernité, la littérature, la culture, la langue ou la religion.

Pour sa part, le Dr Mohamed Saad Berghal, de l’université de Monastir en Tunisie, a estimé dans une conférence intitulée « Kateb Yacine, un et pluriel » que l’œuvre romanesque et théâtrale de Kateb Yacine a « rassemblé des dimensions aussi multiples que l’histoire, la civilisation, la culture, le patrimoine, qu’il s’exprime en français ou en arabe parlé et populaire ».

Tout en considérant que Kateb Yacine est « exilé par la critique hors de son appartenance véritable », cet universitaire a estimé qu’il était « temps pour la critique arabe de le revendiquer en tant qu’écrivain universel ».

Tout au long des débats, des intervenants ont rappelé que Kateb Yacine a appris le Coran très jeune. Ils ont mis en évidence ses origines andalouses et berbères, son appartenance aux Beni Kablout (daïra de Hammam n’Baïls, wilaya de Guelma), partis en Andalousie et revenus au pays après la chute de Grenade en 1492, et souligné l’importance de la culture arabe dans les racines de l’auteur de Nedjma.

La première journée de cette sixième édition du Colloque Kateb Yacine de Guelma, inscrite cette année, dans le cadre de l’événement international Constantine capitale 2015 de la culture arabe, est dominée par les intervenants tunisiens, au nombre de six. Quelque vingt communications de chercheurs français, tunisiens, belges, américains (USA), polonais, marocains et algériens sont au programme de ce colloque.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email