Collision entre deux trains en Grèce: au moins 57 morts – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Europe

Collision entre deux trains en Grèce: au moins 57 morts

Collision entre deux trains en Grèce: au moins 57 morts

Au moins 57 personnes ont trouvé la mort dans une collision, mardi peu avant minuit entre un convoi de marchandises et un train de passagers effectuant le trajet entre Athènes et Thessalonique, ont déclaré mercredi les autorités locales.

L’accident est dû à « une tragique erreur humaine », a affirmé le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.Un chef de gare a été arrêté pour « homicides par négligence » et a reconnu jeudi « une erreur », selon le porte-parole du gouvernement. Mais au-delà du scénario d’une faute individuelle, des voix s’élèvent pour dénoncer le mauvais état du réseau.

S’il est reconnu coupable, il risque la prison à vie. Un chef de gare, accusé d’être à l’origine d’une catastrophe ferroviaire qui a fait au moins 57 morts, a avoué avoir commis « une erreur » jeudi 2 mars devant la justice à Larissa, ville de Grèce centrale la plus proche de l’accident, selon le porte-parole du gouvernement grec.

Cet homme âgé de 59 ans a été arrêté mercredi et poursuivi pour « homicides par négligence » et pour avoir provoqué des « blessures corporelles ».

Il doit expliquer comment un train transportant 342 passagers et dix employés des chemins de fer, reliant Athènes à Thessalonique dans le nord du pays, a pu être autorisé à emprunter la même voie qu’un convoi de marchandises.

Les deux trains se sont heurtés frontalement alors qu’ils se trouvaient sur la même voie depuis plusieurs kilomètres.

Sous la violence du choc survenu peu avant minuit (22 H GMT), dans la nuit de mardi à mercredi dans la vallée de Tempé, les locomotives et les wagons de tête ont été pulvérisés et les conducteurs des deux trains tués sur le coup.

« Tout montre que le drame est dû, malheureusement, principalement à une tragique erreur humaine », a dit mercredi soir le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, alors que la polémique enfle dans le pays sur l’état du réseau que beaucoup jugent vétuste.

Jeudi soir, quelque 700 personnes, selon la police, se sont rassemblées devant le siège de la compagnie grecque des chemins de fer Hellenic Train à Athènes pour protester contre les défaillances qui ont conduit à l’accident de trains meurtrier mardi soir.

Racontant avoir rencontré des proches de victimes lors d’une visite sur les lieux puis à l’hôpital de Larissa, Kyriakos Mitsotakis a indiqué : « Ils m’ont demandé : ‘Pourquoi ?' ».

« Nous leur devons une réponse honnête », a-t-il ajouté lors d’une brève intervention télévisée enregistrée. Il a décrété un deuil national de trois jours.

Le président du syndicat des conducteurs de train OSE, Kostas Genidounias, a dénoncé le manque de sécurité, selon lui, sur cette ligne qui relie les deux principales villes de Grèce.

Quelque 500 personnes participaient aux secours, a précisé le porte-parole du gouvernement.

De nombreux corps étaient carbonisés et certains passagers ne pourront être identifiés que grâce à des échantillons d’ADN.

À Larissa, où des blessés ont été transportés, le maire, Apostolos Kalogiannis a parlé de « flots d’ambulances amenant des brûlés, des amputés, tout ce qu’on peut imaginer ».

« 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email