-- -- -- / -- -- --
Culture

Clôture en apothéose par l’Orchestre multinational

Clôture en apothéose par l’Orchestre multinational

L’Orchestre multinational anime la cérémonie de clôture du 6e Festival international de musique symphonique L’Orchestre multinational anime la cérémonie de clôture du 6e Festival international de musique symphonique.

Le 6e Festival culturel international de musique symphonique s’est achevé avant-hier soir à Alger avec l’Orchestre multinational, composé d’instrumentistes issus de neuf pays, dans une belle fusion qui a mis en œuvre un florilège de pièces du répertoire universel. Pas moins de 95 musiciens, sur la scène du Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (Tna), ont interprété une quinzaine des plus célèbres pièces de la musique classique universelle, sous la direction des maestros Mats Rondin de Suède et Amine Kouider d’Algérie.

Outre les musiciens algériens, des instrumentistes de Finlande, Japon, Suisse, Syrie, Suède, Tunisie, Ukraine et Chine ont pris part à ce grand rassemblement autour d’un répertoire riche qui a constitué une autre réunion de grands compositeurs qui ont marqué l’histoire de la musique universelle.

Durant deux heures et demie de temps, des pièces de Jacques Ibert (1890-1962), Antonio Vivaldi (1678-1741), Henri Vieuxtemps (1820-1881), Georges Bizet (1838-1875), Ruggero Leoncavalo (1859-1919) et autres, ont orné l’espace Mustapha Kateb du Tna.
Egalement interprétés, Giacomo Puccini (1712-1781), Antonin Dvorak (1841-1904), Edvard Grieg (1843-1907), Hilding Rosenberg (1892-1985) et Piotr Illich Tchaïkovski (1840-1893), autant de grands noms qui ont donné à cette cérémonie de clôture, une dimension de grande soirée.

Les flûtistes Djamel Ghazi et Adel Sahnoun ont brillé de maîtrise et de technique dans « Concerto pour deux flûtes et orchestre à cordes en Do majeur » d’Antonio Vivaldi, faisant montre d’un remarquable savoir-faire, longuement applaudi. Le violoniste virtuose Philip Koch (Italie), interprétant « Balade et polonaise pour violon et orchestre » d’Henri Vieuxtemps a entraîné l’assistance dans le sillage des sonorités mélancoliques de son instrument, l’invitant dans une randonnée romantique. Jyrki Niskanen, ténor finlandais, et Amélia Jakobsson, soprane suédoise, aux voix limpides aux tessitures larges, interprétant d’abord séparément quelques titres, ont entonné ensuite ensemble l’inévitable « Libiamo from La Traviata » de Giuseppe Verdi, dans un tour de chant époustouflant de puissance, enflammant  l’assistance.

Mats Rondin, dirigeant d’une main de maître l’Orchestre multinational, a d’abord étudié le violoncelle, avant d’exercer comme chef d’orchestre avec un répertoire qui va des symphonies classiques au Ballet, passant par l’Opéra. Il dirigera par la suite plusieurs orchestres de par le monde et sera décoré en Suède, de la médaille royale des arts et des lettres.

Amine Kouider, héritant d’un orchestre au sommet de son art, a commencé par diriger Mats Rondin, devenu soliste au violoncelle dans « A Small Pièce » pour violoncelle et cordes d’Hilding Rosenberg, avant de braver la difficulté technique et le caractère complexe qui ressort de la partition de Piotr Illich Tchaïkovski dans « Capriccio italien, opus 45 », terminant dans l’euphorie du moment. Dix neuf pays ont pris part au 6e Festival culturel international de musique symphonique, ouvert le 12 septembre dernier au Théâtre national Mahieddine Bachtarzi.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email