Clôture du cycle de cinéma ibéro-américain : Désir de reconnaissance ! – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Clôture du cycle de cinéma ibéro-américain : Désir de reconnaissance !

Clôture du cycle de cinéma ibéro-américain : Désir de reconnaissance !

Tombé du rideau, hier, à 18h à la salle des Actes de l’Institut Cervantès d’Alger, d’un cycle cinématographique particulier, car intense, proposant une démarche, une vision et une approche en rupture de ban avec les clichés hollywoodien et bollywoodien.

Ainsi, durant dix jours, les cinéphiles ont apprécié un cinéma fort et intense car sincère et authentique. Un cinéma qui se veut le miroir des sociétés ibéro-américaines, dans leur bonheur comme dans leur malheur. Une belle programmation permettant de [re] découvrir des pans des autres cinémas aussi divers que celui de l’Espagne, du Venezuela, Portugal, Pérou, Mexique, de l’Argentine, de Cuba, de la Colombie, du Chili ou du Brésil.

Et c’est le long métrage « No mires à los ojos » (Ne regarde pas, 2022) de l’Espagnol Félix Viscarret qui a clôturé ce cycle de cinéma. Une fiction basée sur le roman « Desde la sombra » (De l’ombre) de Juan José Millás. Un huis clos kafkaien, troublant. « No mires à los ojos » est un thriller relatant l’histoire de Damián (Paco León), fraîchement licencié de l’entreprise qui l’emploie, fuit la réalité, monte dans un camion de déménagement et se cache dans une armoire. Laquelle armoire est livrée à Lucía (Leonor Watling) qui y tient comme à la prunelle de ses yeux, car appartenant à ses grands-parents, et surtout car lui rappelant son enfance. Les souvenirs refont surface.

C’est devant le public, dans une émission de télévision (enregistrement) qu’il raconte son histoire, tentant d’expliquer, et non de justifier, son acte.

Conscient de son acte irréfléchi, Damián reste caché et préfère attendre. La nuit, l’occasion lui est donnée de mettre fin à cette situation ubuesque, mais il préfère rester. Personne ne l’attend et rien ne le retient à son ancienne vie. Il préfère vivre caché dans un placard derrière l’armoire. Il vit au rythme de Lucía et sa petite famille. De voyeur passif, il devient voyeur actif. Il range la maison, lave et essuie la vaisselle… Jusqu’où ira-t-il dans son voyeurisme intrusif ?

« No mires à los ojos » est un film, insolite, sombre, troublant surtout sensible. A travers les divers protagonistes, le réalisateur, Félix Viscarret, aborde l’individualisme, l’isolement et la solitude. Minimaliste dans le geste, l’espace et l’action, ce long métrage traite également le désir enfoui, la peur, la frustration, le désir de reconnaissance et la quête de soi.

Pour rappel, après Alger, ce cycle, organisé par l’ambassade d’Espagne en Algérie et l’Institut Cervantès d’Alger, en collaboration avec les ambassades ibéro-américaines, accrédités en Algérie, est également prévu du 18 au 29 mai 2023 à l’Institut Cervantès d’Oran.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email