-- -- -- / -- -- --
Culture

Cirta la capitale du royaume massyle

Cirta la capitale du royaume massyle

Trente-deux experts et universitaires de France, d’Italie, de Tunisie et d’Algérie se rencontrent aujourd’hui, samedi 14 mai, à Constantine, pour un colloque international de trois jours autour
de La Numidie, Massinissa et l’histoire.

Initié par le Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques (CNRPAH), ce colloque sera, d’après Farid Kherbouche, son coordinateur scientifique (également chercheur au CNRPAH) une opportunité pour revenir sur le rayonnement de Massinissa à l’échelle internationale et dans le bassin méditerranéen en particulier.

Lors de sa conférence de presse, animée jeudi dernier à la Maison de la culture Malek-Haddad de Constantine, il a précisé que ce colloque international (du 14 au 16 mai), décortiquera « dans le détail et dans la globalité le projet de Massinissa, fondateur du premier Etat numide au triple plan, institutionnel, militaire et économique », rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Ce chercheur a également affirmé que le plan de développement économique de l’Aguellid Massinissa, basé essentiellement sur la production agricole et l’exploitation des ressources naturelles comme les carrières de marbre, sera présenté comme un « modèle de réussite avéré à suivre ».

La préhistoire de la région de Constantine, l’émergence de la céréaliculture en Afrique du nord dès les temps préhistoriques, la présence grecque dans le royaume numide au cours du IIe siècle avant J.-C, la politique culturelle de Massinissa et les études archéologiques et analytiques des cadrans solaires découverts en Numidie, la Numidie, Massinissa et les rapports avec Rome.

Autant de communications sur Constantine, l’ancienne capitale numide, ses vestiges et ses personnalités historiques marquantes comme Jughurta, le petit fils de Massinissa.

L’intervention de Stefania Frau et Attilio Mastino (université de Sassari en Sardaigne) portera justement sur Jugurtha contre l’impérialisme romain à la tête de la nation des Numides, un roi qui (…) « peut nous apparaître aujourd’hui comme une victime de l’impérialisme romain, un souverain essayant désespérément d’assurer l’autonomie de son royaume et la dignité de son peuple » (…).

De son côté, Djahida Mehentel (université d’Alger) relève un paradoxe dans Masinissa, allié des Romains et fidèle conservateur de la culture punique. En référence aux sources gréco-romaines, elle rapporte que « les rois numides auraient joué un rôle primordial durant les guerres punico-romaines où Massinissa fut l’allié par excellence des Romains, et grâce à cette alliance il put rallier toute la Numidie qui connut son apogée durant son règne. 

D’un autre côté, les ruines découvertes en particulier à Cirta la capitale numide portent l’empreinte de la culture punique principalement la langue et l’écriture ».
Un colloque de cette dimension contribue certainement au perfectionnement des connaissances en matière d’archéologie et d’histoire sur l’Algérie et la région à laquelle elle appartient. Encore faudrait-il que la réhabilitation d’une telle histoire passe par la sauvegarde effective d’un patrimoine, notamment le tombeau de Massinissa à El Khroub.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email