Cinquième jour d’affrontements au Soudan : Toujours pas d'issue  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Afrique

Cinquième jour d’affrontements au Soudan : Toujours pas d’issue 

Cinquième jour d’affrontements au Soudan :  Toujours pas d’issue 
Smoke rises from a central neighborhood of Khartoum, Sudan, Sunday, April 16, 2023, after dozens have been killed in two days of intense fighting. The Sudanese military and a powerful paramilitary group are battling for control of the chaos-stricken nation for a second day.(AP Photo/Marwan Ali)

Les combats ravagent la capitale soudanaise Khartoum et d’autres villes de ce pays, bloqué depuis 2019 par une profonde crise politique après la destitution de Omar el-Béchir. En quatre jours d’affrontement, le bilan est déjà lourd, plus de 200 civils ont été tués et près de 2000 sont blessés. 

Les affrontements entre l’armée régulière et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) ont imposé ce mercredi à des milliers de civils de fuir la capitale sous les bombes. A pied ou en voiture, des milliers de Soudanais tentent de passer sous les tirs croisés de l’armée que dirige le général Abdel Fattah al-Burhane, et des FSR du général Mohamed Hamdane Daglo, dit « Hemedti », aux commandes depuis leur putsch conjoint de 2021.

A Khartoum, les citoyens font face, depuis l’éclatement des combats à une situation intenable. L’électricité et l’eau courante se font rares, et ne reviennent en certains endroits que quelques heures à peine, et les balles perdues transpercent régulièrement un mur ou une fenêtre. 

Pire, parfois un missile venu du ciel réduit un immeuble ou un hôpital à un tas de gravats. Les combats ont déjà fait fermer sept hôpitaux à Khartoum, rapportent des médecins, alors que la plupart des autres ne peuvent plus opérer : parce qu’ils n’ont plus de matériel, parce que des combattants les occupent ou parce que les soignants, pris sous les tirs, n’ont pas pu prendre leur poste.

Quant aux stocks de nourriture, ils ne font que fondre et plus aucun camion d’approvisionnement n’est entré dans la capitale depuis samedi, rapportent des médias. 

Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré, ce mercredi, que ses personnels ne sont plus en capacité d’effectuer leur mission. 

« Notre capacité à déplacer du personnel et du matériel est limitée. Les attaques contre les biens et les installations humanitaires ont un impact grave sur notre capacité à reprendre les opérations d’aide vitale», a expliqué l’OCHA, indiquant que « le Programme alimentaire mondial avait temporairement suspendu ses opérations après le meurtre de trois membres de son personnel dans l’Etat du Darfour du Nord».

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a alerté, pour sa part, sur la sécurité des civils, notamment les déplacés et réfugiés dans les zones touchées par les combats au Soudan, appelant à la désescalade.

Depuis samedi dernier, la communauté internationale appelle au dialogue. De son côté, le président de la République Abdelmadjid Tebboune a saisi avant-hier le SG de l’ONU et le président de l’Union africaine pour une démarche commune et unifiée pour faire cesser les combats au Soudan. 

Le Président Tebboune a appelé, selon la même source, à «une action commune et urgente en vue d’éviter davantage d’escalade et mettre un terme aux combats entre les frères soudanais, en les amenant à faire prévaloir la sagesse et à privilégier le dialogue dans la résolution de leurs différends, tout en évitant au peuple soudanais les risques de s’engager dans la spirale de la violence meurtrière qui constitue un danger à la fois pour la paix sociale et pour le processus de règlement politique au Soudan ».

Le président en exercice du Sommet arabe a mis en relief, par la même occasion, « la disposition de l’Algérie à intensifier ses efforts en coopération et collaboration avec les partenaires régionaux et internationaux en vue d’une contribution effective aux efforts et démarches visant à faire cesser les affrontements entre les frères soudanais et à les exhorter à revenir rapidement au processus de paix pour un règlement définitif et durable de la crise soudanaise».

Il a notamment souligné que l’unification des efforts des acteurs internationaux et régionaux, de manière collective et urgente, a pour objectif d’œuvrer à un cessez-le feu, d’apaiser la situation et d’instaurer une nouvelle ère répondant aux ambitions et aspirations du peuple soudanais frère à une vie digne dans la paix, l’harmonie et la stabilité.

Mais les deux hommes, lancés dans une lutte désormais «existentielle» selon les experts, restent sourds aux appels au cessez-le-feu ou au moins à une trêve temporaire pour évacuer les civils des quartiers les plus chauds.  En quatre jours de combats, ni l’armée ni les paramilitaires ne semblent près de l’emporter. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email