-- -- -- / -- -- --
Nationale

Chauffeurs de taxis à Béjaïa : Ils réclament une meilleure organisation de la profession

Chauffeurs de taxis à Béjaïa : Ils réclament une meilleure organisation de la profession

De nombreux chauffeurs de taxi exerçant dans la commune de Béjaïa, et plusieurs autres municipalités, affiliés à l’UGTA, ont observé, hier, un débrayage illimité. Cette action a été, symboliquement, suivie par un cortège immobile de chauffeurs de taxi rangé tout au long de la route de Sétif.

Les chauffeurs de taxi voulaient surtout protester contre les mauvaises conditions dans lesquelles ils exercent leur profession depuis de longues années et surtout apporter des solutions afin de les améliorer.

Les chauffeurs de taxis réclament « l’aménagement des arrêts et stations de taxis, la délocalisation de certains comme ceux d’Ighil Ouazoug, Tazeboujt, etc. vers des lieux adéquats afin de permettre aux voyageurs d’avoir recours à leurs prestations ; l’installation de nouveaux arrêts et stations au niveau de certains quartiers tels que le quartier Séghir, etc. et l’aménagement d’une nouvelle fourrière à Sidi-Boudrahem ».

« Des revendications exposées » nous dit M. Zoubir Saimi « auprès de l’APC ». Notre interlocuteur a remercié l’adjoint au maire pour « son écoute » et précise que « la réalisation de la nouvelle fourrière devrait avoir l’aval d’abord du wali et elle sera réalisée sur le budget de l’APC ». 

Le syndicat exige par ailleurs de la Direction des transports, « le respect du règlement intérieur de la corporation, une volonté de mettre fin aux dysfonctionnements de la commission de discipline et la lutte contre la concurrence déloyale livrée par les fraudeurs, etc. ».

M. Zoubir Saimi, secrétaire général de la section syndicale (UGTA) des chauffeurs de taxi de la commune de Béjaïa, réclame « la réhabilitation de la profession de taxi salie par certains « taxieurs » et décrient d’autres chauffeurs de taxi qui prêchent dans l’anarchie, les qualifiant de « non représentatifs de la corporation ».

Pour lui, ces derniers « clandestins » « ne veulent pas d’une corporation organisée et la Direction des transports les laissent faire ». Et d’ajouter : « La Direction des transports veut des travailleurs avec un syndicat fictif qui n’a pas d’adhérents et qui ne respecte pas le règlement intérieur de la corporation ». Hocine Rahmani, responsable à la Direction des Transports, est intervenu sur Radio Soummam pour apporter des précisions.

Il notera : « Le règlement intérieur du syndicat est propre à la section syndicale affiliée à l’UGTA, alors qu’il y a plusieurs autres syndicats ». Pour le même responsable, « la commission mixte dans laquelle siège plusieurs secteurs s’est réunie le 29 octobre dernier, c’est une commission technique qui ne peut pas sanctionner les « taxieurs » indélicats, auteurs de dépassements car, elle n’est pas une commission de discipline ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email